Séminaire conjoint avec l’UMR PACTE-Discontinuités, réunissant géographes, politistes et sociologues autour de la question du changement institutionnel et environnemental et coordonné par Virginie Tournay (CNRS CEVIPOF, Paris), Coralie Mounet (CNRS PACTE, Grenoble), Séverine Louvel (PACTE,
Grenoble), et Laurent Gagnol (Discontinuités, Arras). L’objectif général du séminaire est de croiser des approches théoriques innovantes de la question du changement, qu’il soit institutionnel ou environnemental, entre les disciplines des sciences humaines et sociales. Lors de la séance du 12 décembre, qui se déroulera au CEVIPOF, à SciencesPo, il sera plus précisément de la question du changement environnemental.

Thème : Political ecology et histoire environnementale à l’heure de l’Anthropocène : changement d’approches ou changement du problème ?
Séance organisée par Jérémy Grangé, Pierre-Olivier Garcia et Laurent Gagnol.

Invités :

  • Xavier Arnauld de Sartre (CR CNRS, SET) : géographe (géographie humaine, géographie culturelle et Political ecology).
  • Jean-Baptiste Fressoz (CR CNRS, EHESS): historien des sciences, des techniques et de l’environnement.

Grands témoins de la séance :

  • Catherine Regnault-Roger, biologiste, professeur émérite à l’université de Pau (UPPA).
  • Henri Regnault, professeur d’économie à l’université de Pau (UPPA).

Discutants :

  • Daniel BOY, politiste, directeur de recherche au CEVIPOF (à confirmer)
  • Pierre-Olivier Garcia, doctorant en géographie et aménagement, UMR PACTE.
  • Jérémy Grangé, doctorant en géographie et aménagement, UMR PACTE.

Argumentaire de la séance :
La problématisation actuelle du changement environnemental fait l’objet de nombreux débats qui diffèrent selon que l’on se place dans une perspective globale (anthropocène, temps long, changement global), sectorielle (l’impact des changements technologiques, les mutations des systèmes de productions agricoles) ou encore locale, territorialisée (terrains spécifiques ou cas d’étude historiques). D’un point de vue épistémologique et disciplinaire, la question du changement s’inscrit dans des analyses qui, en première approximation, s’ancrent soit dans les représentations (discours, idéologie, construction sociale, imaginaire de la catastrophe) soit dans des postures plus empiriques, reposant sur l’évidence des effets et des réponses sociales que ce changement nécessite (adaptation, résilience, services écosystémiques, les biotechnologies, etc.). Aussi, il apparaît intéressant de mettre en discussion des approches théoriques innovantes du changement environnemental en SHS, par exemple la mobilisation de la Political ecology en géographie ou le récent positionnement de l’histoire environnementale, afin d’interroger les apports de ces renouvellements disciplinaires et également de mettre en perspective les complémentarités et les différences, tant méthodologiques que théoriques, de ces deux courants émergents.

Cette séance consiste d’abord en une discussion croisée entre Jean-Baptiste Fressoz, historien de l’environnement qui a récemment écrit avec Christophe Bonneuil une histoire de l’anthropocène et Xavier Arnauld de Sartre, géographe, spécialiste des fronts pionniers en Amazonie, qui a récemment finalisé une ANR sur l’approche géographique des services écosystémiques (ANR AGES).Jean-Baptiste Fressoz présentera ses travaux sur l’histoire de l’Anthropocène (Bonneuil & Fressoz 2013). Xavier Arnauld de Sartre présentera ses travaux de Political ecology appliqués à la notion des services écosystémiques [Arnauld de Sartre & al. (dir.), 2014]. Cette séance sera ainsi l’occasion de faire discuter les invités sur les liens existants entre les deux approches, leurs complémentarités, recoupements et leurs spécificités pour appréhender, en SHS, deux objets émanant des sciences globales et des grandes expertises internationales (SE et Anthropocène). Comment attrape-t-on ces grandes notions en histoire et en géographie aujourd’hui? Quelles méthodologies spécifiques associées au sous-champ de l’histoire environnementale ou de la Political ecology développe-t-on ? Quels en sont les apports/limites pour les deux disciplines respectives mais également, plus largement, pour les SHS (Sciences politiques, sociologie, etc.) ?
Catherine Regnault-Roger et Henri Regnault, professeurs à l’université de Pau (UPPA), pourront ensuite apporter un regard plus général et transversal sur la place du politique et de la question des changements environnementaux en SHS et en sciences de la vie, à partir de l’ouvrage Les révolutions agricoles en perspective (éditions France Agricole, Paris, 2012) qu’ils ont coordonné avec Xavier Arnauld de Sartre. Développant une approche interdisciplinaire des mutations des systèmes agricoles, ce livre lance une série de questions sur leur multidimensionnalité, l’échelle de leurs impacts dans le temps et l’espace, et la place que prennent la technique et le politique. Henri Regnault questionne plus particulièrement la façon dont les discours savants, ici l’économie classique, ont la capacité de performer les pratiques agricoles en fonction d’intérêts politiques. Catherine Regnault-Roger présente une analyse historique de la place de la protection des cultures au sein des trois révolutions agricoles. Il sera alors l’occasion de faire dialoguer les travaux de l’histoire environnementale et de la political ecology avec une approche interdisciplinaire du changement environnemental et technique.

Alimenté par les discussions croisées, ce séminaire sera l’opportunité de réfléchir aux conceptions du changement mobilisées par les invités. On peut en effet distinguer un niveau d’analyse épistémologique (comment envisager les généalogies, continuités et discontinués) et un autre plus empirique relatif à l’émergence d’objets, de politiques de gestion associées et d’institutions (géoingénierie, risques, adaptation, dispositifs REDD+, paiement pour les services écosystémiques, transition, IPCC, IPBES, biotechnologies, etc.).

Bibliographie :

  • Arnauld de Sartre X., Castro M., Dufour S. et Oszwald J. (dir.), 2014, Political ecology des services écosystémiques. Peter Lang, Bruxelles.
  • Bonneuil C., Fressoz J.-B., 2013, L?évènement Anthropocène. La terre l?histoire et nous. Seuil, Paris.
  • Fressoz J.-B., 2012, L?apocalypse joyeuse : Une histoire du risque technologique. Seuil, Paris.
  • Regnault H., Arnauld de Sartre X. et Regnault-Roger C. (dir.), 2012, Les révolutions agricoles en perspective, éditions France Agricole, Paris.
  • Produits de Protection des Plantes : Innovation et sécurité pour une agriculture durable

Format du séminaire (de 13h45 à 17h30) :

  • Accueil et propos introductifs des organisateurs du séminaire :13h45 – 14h00
  • Intervention de Jean-Baptiste Fressoz : 14h00 – 14h30
  • Intervention de Xavier Arnauld de Sartre : 14h30 – 15h00
  • Questions des discutants aux intervenants : 15h00 – 15h45 (15 mn par discutant)
  • Pause café : 15h45 – 16h15
  • Intervention des grands témoins Catherine Regnault-Roger et Henri Regnault : 16h15 – 16h45
  • Discussion avec la salle : 16h45 – 17h30