Histoire des langages politiques : enjeux, terrains, méthodes

Coordinateurs : Alexandre Escudier, Chloé Gaboriaux

CEVIPOF – 98 rue de l’Université 75007 Paris

salle Georges Lavau

 

L’histoire des langages politiques a connu ces vingt dernières années un profond renouvellement, sous l’effet d’évolutions relativement indépendantes les unes des autres. Elle a d’une part bénéficié des mutations de l’histoire des idées, peu à peu recentrée sur l’étude des « textes en contexte » – qu’il s’agisse de l’école de Cambridge, à laquelle nous empruntons la formule, ou de l’histoire des concepts menée en Allemagne dans le sillage de R. Koselleck. Elle a d’autre part trouvé un nouvel élan avec les « tournants » linguistique puis culturel des études historiques, qui ont conduit à redonner une importance majeure à l’analyse des représentations comme des stratégies argumentatives des acteurs. Quoique d’origines et de perspectives très différentes, ces développements appelaient chacun à leur façon à faire pièce au double écueil d’une histoire sociale indifférente au langage et d’une histoire des doctrines cantonnée au « ciel des idées ». Les textes et les discours politiques retrouvaient ici une importance particulière, comme témoins privilégiés d’une expérience historique subjectivement vécue mais aussi comme producteurs de la réalité sociale et politique.

Ce champ d’études reste cependant, en France en tout cas, sinon clairsemé du moins dispersé et contraint par les frontières disciplinaires existantes. Les travaux stimulants pourtant ne manquent pas, et c’est à les faire connaître et à les discuter que nous voudrions consacrer ce séminaire, conçu comme un espace de rencontre et de dialogue interdisciplinaires. Il s’agira en particulier de confronter nos approches et nos méthodes, à partir des cas empiriques sur lesquels elles ont été expérimentées, amendées et reformulées.

 

17 octobre 2013 17h-19h

Intervenant : Samuel Hayat (Université Paris 8) « La rhétorique de la représentativité : l’exemple de la révolution de 1848 »

05 décembre 2013 17h-19h

Intervenant : Alexandre Escudier (CEVIPOF, Paris) « La crise comme ‘diagnostic d’époque’ »

19 décembre 2013 17h-19h

Intervenante : Sarah Al-Matary (Université Lyon 2) « Quand la presse syndicale formulait sa haine des rhéteurs (1911-1914) »

16 janvier 2014 17h-19h

Intervenant : Arnault Skornicki (Université Paris X-Nanterre) « La ‘Nation’ avant la nation : le discours de la ‘Patrie’ au XVIIIe siècle »

Histoire des langages politiques : enjeux, terrains, méthodes

Coordinateurs : Alexandre Escudier, Chloé Gaboriaux

CEVIPOF – 98 rue de l’Université 75007 Paris

Jeudi 17h-19h (3e jeudi du mois sauf en février, salle Georges Lavau)

 

L’histoire des langages politiques a connu ces vingt dernières années un profond renouvellement, sous l’effet d’évolutions relativement indépendantes les unes des autres. Elle a d’une part bénéficié des mutations de l’histoire des idées, peu à peu recentrée sur l’étude des « textes en contexte » – qu’il s’agisse de l’école de Cambridge, à laquelle nous empruntons la formule, ou de l’histoire des concepts menée en Allemagne dans le sillage de R. Koselleck. Elle a d’autre part trouvé un nouvel élan avec les « tournants » linguistique puis culturel des études historiques, qui ont conduit à redonner une importance majeure à l’analyse des représentations comme des stratégies argumentatives des acteurs. Quoique d’origines et de perspectives très différentes, ces développements appelaient chacun à leur façon à faire pièce au double écueil d’une histoire sociale indifférente au langage et d’une histoire des doctrines cantonnée au « ciel des idées ». Les textes et les discours politiques retrouvaient ici une importance particulière, comme témoins privilégiés d’une expérience historique subjectivement vécue mais aussi comme producteurs de la réalité sociale et politique.

Ce champ d’études reste cependant, en France en tout cas, sinon clairsemé du moins dispersé et contraint par les frontières disciplinaires existantes. Les travaux stimulants pourtant ne manquent pas, et c’est à les faire connaître et à les discuter que nous voudrions consacrer ce séminaire, conçu comme un espace de rencontre et de dialogue interdisciplinaires. Il s’agira en particulier de confronter nos approches et nos méthodes, à partir des cas empiriques sur lesquels elles ont été expérimentées, amendées et reformulées.

 

17 octobre 2013

Intervenant : Samuel Hayat (Université Paris 8)

« La rhétorique de la représentativité : l’exemple de la révolution de 1848 »

 

21 novembre 2013

Intervenant : Alexandre Escudier (CEVIPOF, Paris)

« La crise comme ‘diagnostic d’époque’ »

 

19 décembre 2013

Intervenante : Sarah Al-Matary (Université Lyon 2)

« Quand la presse syndicale formulait sa haine des rhéteurs (1911-1914) »

 

16 janvier 2014

Intervenant : Arnault Skornicki (Université Paris X-Nanterre)

« La ‘Nation’ avant la nation : le discours de la ‘Patrie’ au XVIIIe siècle »