Imprimer Diminuer la taille du texteaugmenter_texte

Les Séminaires du CEVIPOF

Année universitaire 2013 | 2014

Événements passés

Discussion entre économistes et politistes... 11h-13h

autour de l’ouvrage : Economie de la de?fense, Renaud Bellais -Martial Foucault, (e?ditions La De?couverte, 2014)

Discutant : Andy Smith

Présidence: Samuel B. H. Faure

Détails du programme [PDF - 256.4 K.o.]

Le séminaire pôle "Pensée politique" 2013/2014 Histoire des langages politiques

Coordinateurs : Alexandre Escudier, Chloé Gaboriaux

CEVIPOF – 98 rue de l’Université 75007 Paris

L’histoire des langages politiques a connu ces vingt dernières années un profond renouvellement, sous l’effet d’évolutions relativement indépendantes les unes des autres. Elle a d’une part bénéficié des mutations de l’histoire des idées, peu à peu recentrée sur l’étude des « textes en contexte » – qu’il s’agisse de l’école de Cambridge, à laquelle nous empruntons la formule, ou de l’histoire des concepts menée en Allemagne dans le sillage de R. Koselleck. Elle a d’autre part trouvé un nouvel élan avec les « tournants » linguistique puis culturel des études historiques, qui ont conduit à redonner une importance majeure à l’analyse des représentations comme des stratégies argumentatives des acteurs. Quoique d’origines et de perspectives très différentes, ces développements appelaient chacun à leur façon à faire pièce au double écueil d’une histoire sociale indifférente au langage et d’une histoire des doctrines cantonnée au « ciel des idées ». Les textes et les discours politiques retrouvaient ici une importance particulière, comme témoins privilégiés d’une expérience historique subjectivement vécue mais aussi comme producteurs de la réalité sociale et politique.

Ce champ d’études reste cependant, en France en tout cas, sinon clairsemé du moins dispersé et contraint par les frontières disciplinaires existantes. Les travaux stimulants pourtant ne manquent pas, et c’est à les faire connaître et à les discuter que nous voudrions consacrer ce séminaire, conçu comme un espace de rencontre et de dialogue interdisciplinaires. Il s’agira en particulier de confronter nos approches et nos méthodes, à partir des cas empiriques sur lesquels elles ont été expérimentées, amendées et reformulées.

16 janvier 2014 17h-19h

Intervenant : Arnault Skornicki (Université Paris X-Nanterre) « La ‘Nation’ avant la nation : le discours de la ‘Patrie’ au XVIIIe siècle »

13 février 2014

Intervenant : Denis Muzet (Institut de Médiascopie, Paris)« Les mots de la ‘crise’ contemporaine »

20 mars 2014

Intervenante : Dora d’Errico (ENS Lyon)« Dire l’urgence dans la Florence des Guerres d’Italie »

17 avril 2014

Intervenante : Chloé Gaboriaux (CEVIPOF, Paris) « Reconnaître d’utilité publique : les enjeux politiques d’un discours juridique »

 

 

Séminaire "La complication démocratique : entre déliaisons et recompositions" 2013/2014

Coordinateurs : Gil Delannoi, Alexandre Escudier, Chloé Gaboriaux, Janie Pélabay, Myriam Revault d’Allonnes et Réjane Sénac

L’avènement de la modernité socio-politique a longtemps été décrit comme figurant le passage, plus ou moins accéléré, des sociétés de statut aux sociétés de contrat. Au-delà de la question du régime politique, et de ses modalités institutionnelles, la « démocratie » cristallisait en tant que telle de nouvelles expériences et interrogations sur nombre de transformations fondamentales : l’invention des droits subjectifs, la pratique de l’auto-gouvernement collectif, l’individualisation des rapports sociaux, la différenciation des sphères juridique, morale et politique, l’essor de nouvelles formes économiques sous les espèces du capitalisme industriel et marchand, la libéralisation des mœurs, la massification sociale, l’urbanisation galopante, etc. Dans chacun de ces registres – politique, juridique, social, économique et culturel – se jouait alors un double mouvement de déliaison et de recomposition de l’ordre socio-politique.

Le séminaire du pôle « pensée politique » du CEVIPOF entend reprendre la réflexion sur ce processus bifront de la condition démocratique, tel qu’il se manifeste aujourd’hui au travers de mutations nouvelles mais tout aussi fondamentales. Ainsi tous les phénomènes observables de déliaison (hyperindividualisme contemporain, défiance sociale et politique, mondialisation néo-libérale, démultiplication des appartenances axiologiques et culturelles, gouvernance mondiale postdémocratique) ne suscitent-il pas en retour autant de tentatives de recomposition du sujet et du collectif (sociabilités en réseaux, dialogue social et participatif, dialogue interculturel et interreligieux, régulation post-keynésienne, épaississement identitaire du lien socio-politique, aspirations et pratiques civiques transnationales) ? Envisagée sous cet angle, la « complication démocratique » déborde la simple question d’un régime politique en crise – le « gouvernement représentatif » – et entend interroger les formes de vie.

Calendrier et programme du séminaire

11 février 2014

Intervenant : Patrick Boucheron : Conjurer la peur. Sienne, 1338. Essai sur la force politique des images (Paris, Seuil, 2013)

11 mars 2014

Intervenant : Nicolas Delalande : Batailles de l’impôt. Consentement et résistances de 1789 à nos jours (Paris, Seuil, 2011)

22 avril 2014

Intervenant : Eloi Laurent : L’économie de la confiance (Paris, La Découverte, 2012)

3 juin 2014 : Mitchell Cohen : Left Anti-Stalinism, the New York Intellectuals and ’Dissent’ Magazine

L’opinion publique : une radiographie par la sociophysique

Serge Galam, directeur de recherches CNRS, présentera ses travaux dans la perspective de son arrivée au CEVIPOF, le 10 octobre de 12h30 à 14h00.

La sociophysique, nouveau domaine émergent au plan international parmi les physiciens, étudie les comportements politiques et sociaux à partir de concepts et de techniques issus de la physique du désordre tout en les adaptant au sujet traité. Cette démarche produit un cadre unitaire qui donne des éclairages et des résultats souvent contre-intuitifs. Ceux-ci n’ont pas vocation à se substituer aux recherches en sciences sociales, mais au contraire à ajouter un « autre » point de vue.