Vous recherchez ?

> Thèmes de recherche

>>> Recherche détaillée

> Chercheurs

> Recherche libre

Imprimer Diminuer la taille du texteaugmenter_texte

Les Journées d’études du CEVIPOF

Année universitaire 2009 | 2010

Événements passés

30 juin 2010 de 17h00 à 19h00 au CEVIPOF

Le journalisme en ligne : Une bonne nouvelle pour la démocratie ?

Le web s’impose aujourd’hui comme un espace majeur pour la presse. Les journalistes adaptent leurs façons de travailler tandis que les citoyens modifient leurs usages de l’actualité. Mais la presse étant l’un des socles de nos sociétés démocratiques, quels rôle politique joue le journalisme en ligne ? Correspond-t-il à un élargissement ou une restriction du débat démocratique ?

Avec l’interention de :

Pablo Javier BOCZKOWSKI, Associate Professor, Northwest University.

Détails du programme [JPG - 466.6 K.o.]

Lien externe

26 mai de 17h à 20h30, université Bar-Ilan, Ramat-Gan (Isarël)

Conférence Judéophobie

L’Institut culturel français organise une conférence autour de "La Nouvelle Judéophobie", éditions  Ruben Mass, ouvrage de Pierre-André Taguieff qui sort en hébreu au moment où l’auteur, philosophe et historien, publie en français un nouvel ouvrage "La nouvelle propagande anti-juive" aux Presses Universitaires de France.

Détails du programme [PDF - 59.4 K.o.]

Lien externe

21 mai 2010, de 16h00 à 18h00 au CEVIPOF

Généalogie de l’Europe politique

Il est connu que la construction et les principes de fonctionnement de l’Union européenne remettent en question les modèles ou les règles du constitutionnalisme classique. Il en va ainsi du modèle de la souveraineté, qui a été élaborée pour le cadre national et unitaire, du mode de représentation de la société ou de la prise de décision fondée sur l’idée de volonté (la législation comme traduction de la volonté législatrice), de la vision de la séparation des pouvoirs, etc. On se propose dans cette demi-journée d’étude de discuter quelques-uns des aspects qui participent à la remise en cause actuelle de notre tradition, spécialement dans le cas français.

Il s’agit, pour cela, de se tourner vers des pensées et des théories antérieures dont la nouveauté, voire la singularité, apparaissent aujourd’hui comme éclairantes pour l’idée européenne du point de vue constitutionnel.

Avec l’intervention de :

Lucien Jaume, directeur de recherche CNRS au CEVIPOF,

Aurelian CRAIUTU, Associate Professor, Dept of Political Science, Indiana University, Bloomberg,

Stéphane Pinon, maître de conférences de droit public, université de La Rochelle.

Gil Delannoi, directeur de recherche au CEVIPOF,

Pascal Perrineau, directeur du CEVIPOF.

 

Détails du programme [PDF - 1.8 M.o.]

Lien externe

20 mai 2010, de 17h00 à 19h00 au CEVIPOF

Génération Internet : Les jeunes et la politique dans un nouveau monde de communication

Henry Milner et Anne Muxel discuteront comment Internet ce nouveau mode d’information et de communication a transformé le comportement et la participation politique des jeunes.

Détails du programme [PDF - 239.5 K.o.]

Lien externe

9 avril 2010, à l'ICPS, Barcelone

Les effets politiques de la crise en Catalogne, en Espagne et en France : une analyse comparée

L’ICPS est l’Institut de sciences politiques et sociales de l’Université autonome de Barcelone.

Cette journée d’études, qui se déroule à Barcelone, entend comparer les effets politiques de la crise économique et financière. Elle constitue une étape supplémentaire dans la réflexion collective du CEVIPOF sur le thème de la crise.

Détails du programme [PDF - 41.4 K.o.]

Lien externe

29 mars 2010

Le Baromètre de la confiance politique : Les Français entre confiance et défiance

Lundi 29 mars 2010, 10h00-12h15 et 14h15-18h00, au CEVIPOF, 98 rue de l’Université

Les enquêtes pré-électorales de 2006-2007 du CEVIPOF ont montré le rôle central de la confiance politique dans la dynamique de la campagne et des choix électoraux de l’élection présidentielle de 2007. La confiance et ses évolutions sont au cœur de la compréhension de l’opinion. L’affaissement de la confiance politique dans les récentes années, le retour d’une méfiance généralisée et la situation souvent exceptionnelle de la France par rapport à ses voisins européens.

Le Baromètre de la confiance politique du CEVIPOF témoigne d’un rapport ambivalent des Français à la politique, entre confiance et défiance.

 

Lundi 29 mars 10h00-12h15 : Logiques et paradoxes

Pascal Perrineau : Les ressorts de la défiance politique
Perrine Simon NahumSylvie StrudelBruno Cautrès : Bonheur privé, défiance publique
Daniel Boy & Jean Chiche : Structure de la confiance
- Débat

Lundi 29 mars 14h15-18h00 : Acteurs et instruments

Anne Muxel : Les jeunes, une défiance optimiste
Mariette SineauViviane Le Hay : Pauvreté, richesse, confiance politique et    dégradation de la confiance, 2007-2009
Thierry Vedel : Médias et confiance politique
Daniel Boy & Jean Chiche : La structure de la confiance
- Débat

Détails du programme [PDF - 1.6 M.o.]

15 janvier 2010

Les associations devant la démocratie : France-Etats-Unis Comparing France and the United States: Nonprofit Organizations and Democracy

Vendredi 15 Janvier 2010, 9h15 – 17h30. Au CEVIPOF 98 rue de l’Université -75007, salle Percheron

Journée organisée sous la responsabilité de Martine Barthélemy et Lucien Jaume. En ces temps de « crise » et d’interrogation sur l’avenir des démocraties, le plaidoyer de Tocqueville en faveur de la force et de la pluralité des corps associatifs se doit d’être réinterrogé. Comment les associations servent-elles la vie démocratique, peuvent-elles aussi lui porter tort ? La France et les Etats-Unis incarnent deux types de réalisation du modèle tocquevillien - un modèle moins univoque qu’on ne le prétend généralement. Dans quelle mesure ces deux types continuent-ils de se différencier ?

Organisée par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) avec le soutien de l’Ambassade des Etats-Unis, cette journée d’études entend proposer à travers un pluralisme des approches, une réflexion à la fois critique et comparative.

Avec la participation : Claire Andrieu, Judith Baroody, Chloé Gaboriaux, Lucien Jaume, Dan Ferrand—Bechmann, Jason Kaufman, Olivier Zunz, Edith Archambault, Axelle Brodiez-Dolino, Martine Barthélemy, Jean-Pierre Worms, Pascal Perrineau, Thierry Leterre.

Inscriptions obligatoires et contact : marcelle.bourbier@sciences-po.fr

Détails du programme [PDF - 1014.9 K.o.]

7 janvier 2010

Débat autour de l’ouvrage Les Pieds Noirs et la politique. Quarante ans après le retour, (Sciences Po/Les Presses).

Vendredi 7 Janvier 2010, 17h-19h au CEVIPOF, salle Georges Lavau Débat –

Réunion autour de l’ouvrage d’Emmanuelle Comtat, chercheure associée à l’IEP de Grenoble En présence de l’auteur et avec la participation de :

* François LEFEUVRE, professeur d’histoire économique et sociale, Paris VIII.

* Benjamin STORA, professeur d’histoire du Maghreb aux Langues orientales (INALCO).

* Pascal Perrineau, directeur du CEVIPOF.

Inscriptions obligatoires et contact : marcelle.bourbier@sciences-po.fr

Détails du programme [PDF - 2.3 M.o.]

Jeudi 3 décembre 2009

"Crises, consciences de crise et modernité "

Une rencontre organisée par le CEVIPOF et le Centre de Recherches Politiques Raymond Aron (CRPRA/ EHESS) au CEVIPOF, 98 rue de l’Université, 75007 Paris -Métro : Solférino

Le lexique de la «crise» a envahi nos écrans et nos journaux, les expériences et les attentes sociales de nos contemporains : dans sa variante économique et financière tout récemment encore, dans le diagnostic récurrent, à moyen terme, d’une crise de la représentation politique, voire des démocraties pluralistes constitutionnelles et du politique dans leur ensemble. Organisée conjointement par le Centre de recherches politiques Raymond Aron(CRPRA/EHESS) et le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), cette journée d’études entend aborder autrement la sémantique «crise»: non pas via le détours des opinions et commentaires contemporains, mais en interrogeant les structures de la modernité démocratique sur la longue durée. Certes, le politique est de l’intérieur, et à chaque époque, miné par une instabilité constitutive. De la Stasi grecque aux démocraties contemporaines de la défiance en passant par les tumulti de Machiavel, tout se passe comme si l’«instable stabilité» des institutions était somme toute indépassable et -dès lors que constitutionnellement encadrée- in fine fructueuse. Mais la modernité politique n’oblige-t-elle pas à considérer autrement ces constantes minimales avérées du politique ? Un saut qualitatif n’a-t-il pas été franchi par la dynamique démocratique proprement moderne ? Notre modernité politique ne s’appréhende -t-elle pas dans le médium de la «crise» et de ses discours pour le meilleur et pour le pire ? Telles sont parmi d’autres, les questions structurantes de nos débats.

Détails du programme [PDF - 1.0 M.o.]

Mercredi 30 septembre 2009

Penser les dimensions politiques des effets de la crises

Il s’agit de prendre la mesure des effets de la crise économique et financière sur les comportements et les attitudes politiques. Pour cela, il est bon, dans un premier temps, de faire un retour sur des périodes du passé où les éléments de crise économique profonde et de changements politiques majeurs ont été de pair, puis de passer en revue les grilles d’analyse et les théories dont la sociologie, la philosophie et la science politique disposent pour mettre en relation le profond changement économique et social, les mutations du politique, et enfin, de tenter de prendre la mesure des effets politiques de la crise économique et sociale dans la période récente.

Présentation en format PDF

Emission "Les matins de France Culture" du 29 Septembre

Détails du programme [PDF - 38.2 K.o.]