Vous recherchez ?

> Thèmes de recherche

>>> Recherche détaillée

> Chercheurs

> Recherche libre

Imprimer Diminuer la taille du texteaugmenter_texte

La Nouvelle Propagande antijuive : du symbole al-Dura aux rumeurs de Gaza

Paris, 551 p.

TAGUIEFF Pierre-André

29 €

Mai 2010

Presses universitaires de France (PUF), Intervention philosophique

Loin d’avoir disparu, la haine des Juifs est entrée dans un nouveau régime en se fixant sur Israël, cible d’une guerre médiatique de haute intensité. L’antisionisme radical, dont l’objectif est la destruction de l’État juif, représente en effet la dernière figure historique prise par la judéophobie. À ce titre, négatrice du droit à l’existence d’une nation, elle constitue l’une des principales formes contemporaines du racisme. Pour comprendre comment s’est accomplie la mondialisation de cette nouvelle configuration antijuive, l’auteur dissèque le nouveau discours de propagande des ennemis déclarés d’Israël tel qu’il s’est développé au cours des années 2000, souligne l’importance de la reformulation « antiraciste » des thèmes judéophobes qui a dominé les conférences internationales de Durban (2001) et de Genève (2009), et explique comment elle a structuré la nouvelle vision antijuive, qui consiste à « nazifier » les « sionistes » en tant qu’« agresseurs » et à « judaïser » corrélativement les Palestiniens en tant que « victimes », ce qui permet d’accuser les « sionistes » de « génocide » ou de « palestinocide ». Ce discours de propagande est à replacer dans son contexte international, marqué par une menace islamiste dont la thématique antijuive est inséparable d’une orientation jihadiste.

Analysant divers matériaux symboliques exploités par la nouvelle propagande antijuive – images ou discours –, P.-A. Taguieff donne à comprendre comment et pourquoi la haine des Juifs, plus d’un demi-siècle après la Shoah, a pu renaître sous les habits neufs de l’« antiracisme » et de l’« anticolonialisme » et, grâce aux médias, se diffuser en recueillant l’assentiment d’individus souvent convaincus d’être étrangers à tout préjugé antijuif. Il montre en quoi cette propagande mondialisée travaille à rendre acceptable un programme d’éradication de l’État d’Israël, nouveau programme commun de tous les ennemis des Juifs.

Historien des idées, philosophe et politologue, Pierre-André Taguieff, né en 1946, est directeur de recherche au CNRS. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont La Force du préjugé (1988), Les Fins de l’antiracisme (1995), La Nouvelle Judéophobie (2002), Prêcheurs de haine (2004), L’Imaginaire du complot mondial (2006), Les Contre-Réactionnaires (2007) et La Judéophobie des Modernes (2008).

Retour à la liste des publications