Vous recherchez ?

> Thèmes de recherche

>>> Recherche détaillée

> Chercheurs

> Recherche libre

Imprimer Diminuer la taille du texteaugmenter_texte

Trois Leçons sur l’État-providence

Paris, 138 p

ESPING-ANDERSEN Gosta avec PALIER Bruno

11,50€

Février 2008

Seuil

Seuil

Est-il aujourd’hui possible de trouver les nouveaux compromis qui permettraient à la fois de trouver les ressources nouvelles et de redéfinir les missions de l’Etat providence au XXIe siècle ? Les « Trois leçons sur l’Etat-providence » proposent une véritable révolution dans l’approche de cette question.

Plutôt que de réparer les situations les plus difficiles ou de remplacer les revenus perdus, elles proposent une perspective dynamique prenant en compte les trajectoires des individus, leurs aléas dans l’économie de la connaissance, et l’émergence de nouvelles inégalités entre les genres, les générations et les groupes sociaux propres aux sociétés post-industrielles.

Cette approche montre que les politiques sociales ne peuvent plus se contenter d’être des dispositifs d’indemnisation, mais qu’elles doivent porter une stratégie collective d’investissement social. Grâce au nouvel Etat-providence, chacun doit bénéficier au plus tôt des atouts qui lui garantiront sécurité et réussite tout au long de la vie. Dans cette perspective, ce sont les femmes et les enfants d’abord qui devraient attirer notre attention.

Favoriser l’emploi des femmes et l’égalité entre les hommes et les femmes, permettre à tous d’acquérir au plus tôt les compétences nécessaires à l’économie de la connaissance, redéfinir les relations entre générations et éviter de nouvelles inégalités entre retraités, tels sont les nouveaux défis pour l’Etat providence, si l’on veut qu’il soit en outre capable de financer les retraites ou les dépenses de santé à l’avenir. Il s’agit en somme de préparer plutôt que de réparer, de prévenir, de soutenir, d’armer tous les individus et non pas de laisser fonctionner le marché, puis d’indemniser les perdants.

 

 

Gøsta Esping-Andersen est actuellement Professeur de sociologie à l’Université Pompeu Fabra de Barcelone. Diplômé de l’Université de Copenhague et du Wisconsin, il a d’abord été professeur à Harvard (1978-1985), au Wissenschaftzentrum de Berlin (1986-1994), puis à l’Université de Trente (1994-2001). Il est notamment membre du conseil scientifique de l’Ecole normale supérieure (Paris), de l’Institut Juan March (Madrid) et de l’Institut danois de recherches sociales. Collaborateur de plusieurs organisations internationales (ONU, Banque Mondiale, OCDE), il a conseillé de nombreux gouvernements européens et a contribué à la préparation de plusieurs présidences de l’Union européenne (notamment de la présidence portugaise de 2000 ayant débouché sur le sommet de Lisbonne, et de la présidence belge de 2001).

Bruno Palier, chargé de recherche du CNRS au CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po), est docteur en sciences politiques, agrégé de sciences sociales et ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud. Il travaille sur les réformes des systèmes de protection sociale en France et en Europe. Il a été chercheur invité à l’Université Northwestern en 2007 et au Center for European Studies de l’Université Harvard en 2001, et Jean Monnet Fellow à l’Institut Universitaire Européen de Florence en 1998-1999. Il a organisé entre 1994 et 1998 le programme de comparaison des systèmes de protection sociale en Europe de la MIRE (Ministère de l’emploi et de la solidarité), a été membre du comité de gestion du programme européen Cost A15 : « reforming social protection systems in Europe ». Il est actuellement coordinateur scientifique du réseau d’excellence européen RECWOWE (impliquant 29 institutions de recherche, 190 chercheurs, 19 pays européens).

Retour à la liste des publications