Vous recherchez ?

> Thèmes de recherche

>>> Recherche détaillée

> Chercheurs

> Recherche libre

Vous êtes ici
Accueil > Le centre > Présentation
Imprimer Diminuer la taille du texteaugmenter_texte

Introduction

Créé en 1960, et associé au CNRS depuis 1968, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) analyse les grands courants politiques qui façonnent les forces et les institutions politiques, ainsi que les facteurs qui contribuent à orienter les comportements et les attitudes politiques de nos concitoyens.

Le CEVIPOF réunit plus de 80 chercheursenseignants-chercheurs,chercheurs associés et doctorants.

Le CEVIPOF est l’un des laboratoires de Sciences Po, dont le dispositif de recherche rassemble dix centres, six chaires, le Medialab et l’Ecole doctorale.

International et interdisciplinaire, il contribue, par ses travaux, empiriques et théoriques, à la compréhension du changement social et politique en France, en Europe et dans les grandes démocraties contemporaines.

Le CEVIPOF est aujourd’hui le centre de référence pour l’étude de la pensée politique et des idées politiques, l’étude du vote et des comportements et attitudes politiques ainsi que l’analyse des forces politiques et sociales dans les démocraties contemporaines.

Politique scientifique

Le CEVIPOF lance ses dynamiques de recherche dans deux domaines : attitudes, comportements et forces politiques ; pensée et histoire des idées politiques.

Dans le domaine de l’analyse des attitudes, des comportements et des forces politiques, les travaux du laboratoire s’intéressent surtout aux transformations du rapport au politique. Ils s’interrogent sur la crise de la confiance politique, l’érosion du lien social, le recul des formes conventionnelles de participation politique (montée de l’abstention, votes blancs) et la montée des formes de participation protestataire et associative, l’apparition de nouveaux clivages sur l’autorité, l’Europe, ou encore la mondialisation. Ils portent également sur la notion de compétence, de connaissance et de raisonnement politiques. Ils intègrent enfin les transformations de la production du politique par les citoyens, des organisations et des cultures partisanes et celles du contexte institutionnel.