Vous recherchez ?

> Thèmes de recherche

>>> Recherche détaillée

> Chercheurs

> Recherche libre

Imprimer Diminuer la taille du texteaugmenter_texte

Alexandre ESCUDIER

Contact(s)

alexandre.escudier@sciencespo.fr
T. 01 45 49 77 36

Alexandre Escudier est chargé de recherche au CEVIPOF (FNSP) depuis fin 2004. Titulaire d’une thèse (1999) sur le problème théorique de l’écriture de l’histoire en France et en Allemagne au XIXe siècle, il est membre du pôle «Pensée politique et histoire des idées», où il s’attache actuellement à redéployer l’histoire complexe (philosophique, socio-politique et culturelle) de la « crise de l’historisme » en Allemagne et en France entre environ 1880 et 1932. Constituant le pivot central d’une vaste enquête historique sur la conscience d’historicité des Modernes depuis le XVIIIe siècle (« La pensée de l’histoire et ses discours. Histoire croisée France-Allemagne, 1750-1950 »), ce travail se concentre tout particulièrement sur les effets idéologiques et politiques des grandes philosophies de l’histoire modernes ainsi que sur leurs reformulations contemporaines après 1989.

> Thèmes de recherche

Citoyenneté, Démocratie directe et démocratie participative, Epistémologie, Libéralisme, Mémoire et politique, Méthodologie des sciences du politique, Modernité, Nation & nationalismes, Philosophie politique de l’Etat, Représentation politique, Temps et politique, Théorie de la démocratie, Totalitarisme, Valeurs

Projets en cours et/ou enseignements

« ‘Communauté’ – ‘société’ – ‘solidarité’. Pour une sémantique de la liaison et de la déliaison sociale en modernité »? (projet collectif)

Principales publications

« Le libéralisme et ses critiques : le cas des néorépublicanismes contemporaines »

in Gilles Kévorkian (dir.), La pensée libérale. Histoire et controverses, Paris, Ellipses, 2010, p. 325-340.

« ’Temporalisation’ et modernité politique : penser avec Reinhart Koselleck »

in Annales H.S.S., 64e année, n° 6, novembre-décembre 2009, p. 1269-1301.

« Histoire universelle et comparaison à la fin du XVIIIe siècle en Allemagne »

in Catherine Colliot-Thélène (dir.), Comparatisme européen et au-delà, numéro thématique de la revue Eurostudia. Revue transatlantique de recherche sur l’Europe, vol. 4, n° 2, décembre 2008, p. 1-21.

« Le sentiment d’accélération de l’Histoire chez les Modernes : éléments pour une histoire »

in Esprit, n° 6, juin 2008, p. 165-191.

« La conscience historique déchirée des Modernes : perfectibilité (B. Constant) ; éducation esthétique (F. Schiller) ; théodicée (F. Schlegel) »

in Annales Benjamin Constant, vol. 31-32, 2007, p. 305-327 ;

« Langues et conscience d’historicité. Le prisme de la traduction »

in Michael Werner (dir.), Politiques et usages de la langue en Europe, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2007, p. 51-66.

« De la mémoire juridique des Etats d’Ancien Régime à la conscience historique de la Nation : théorie archivistique et historiographie de langue allemande (fin XVIIIe-XIXe siècles) »

in Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 82, avril-juin 2006, p. 42-57.

« Pour une histoire européenne comparée des imaginaires historiographiques modernes du monde médiéval »

in Natalie Fryde, Otto Gerhard Oexle et Pierre Monnet (éds.), L’imaginaire moderne de la société médiévale (XIX e -XXI e siècles) , Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Coll. « Max Planck Institut für Geschichte »), 2005 (sous presse).

« Entre "pragmatisme" des Lumières et "historisme" classique. Johannes von Müller et l’historiographie allemande de la première moitié du XIX e siècle »

in Doris et Peter Walser-Wilhelm, Etienne Hofmann et Marianne Berlinger Konqui (éds.), L’historiographie à l’aube du XIX e siècle, autour de Jean de Müller et du Groupe de Coppet , Paris, Champion (Coll. « Travaux et recherches de l’Institut Benjamin Constant »), 2004, p. 45-77.

« Épistémologies croisées ? L’impossible lecture des théoriciens allemands de l’histoire en France autour de 1900 »

in Michael Werner et Bénédicte Zimmermann (dir.), De la comparaison à l’histoire croisée , Paris, Le Seuil, 2004 (= numéro thématique de la revue Le genre humain , n° 42-43, printemps 2004), p. 139-177.

« La temporalité historique comme objet de réflexion dans l’épistémologie moderne de l’histoire »

in Divinatio. Studia culturologica series , Sofia, Maison des Sciences de l’Homme, vol. 18, automne-hiver 2003, p. 35-65.

« De Chladenius à Droysen. Théorie et méthodologie de l’histoire de langue allemande (1750-1860) »

in Annales H.S.S. , 58 e année, n° 4, juillet-août 2003, p. 743-777.

« La méthode comparée : éléments pour une histoire de son épistémologie »

in Comparare. Comparative European History Review , n° 2, 2002 , p. 240-257.

« Epistémologie et ontologie de l’histoire »

in Le Débat , n° 122, novembre-décembre 2002 (dossier thématique « Autour de La Mémoire, l’Histoire, l’Oubli de Paul Ricœur »), p. 12-23 (avec la réponse de Paul Ricœur, p. 45-51).

« Die historische Darstellung als theoretisches Problem in Frankreich und Deutschland im 19. Jahrhundert »

in Christoph et Sebastian Conrad (éds.), Geschichtswissenschaft im Vergleich , Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002, p. 209-235.

Traduction, présentation et annotation de Johann Gustav Droysen, Précis de théorie de l’histoire

(= Grundriß der Historik , 3 e édition, 1882), Paris, Le Cerf (Coll. “ Humanités”), 2002.

« Kadaré et le Kosovo. De l’utilité d’une relecture »

in Études , tome 388, n° 5, mai 1998, p. 597-606.