Les axes de recherche

Eurislam comprend six étapes de recherche :

1. Analyse institutionnelle. Recueil d’informations sur les dispositifs et les pratiques des pouvoirs publics en matière de citoyenneté et de droits culturels spécifiques. Nous nous interrogerons sur le contexte légal dans lequel s’inscrivent les ressortissants étrangers, en particulier, en matière de facilitation de pratiques religieuse et culturelle.

2. Analyse du contenu de presse. Examen des attitudes et des façons de comprendre la différence culturelle au sein des différentes traditions de débat public. Une analyse du contenu sur les débats qu’on trouve dans les médias par rapport à l’islam et l’intégration des ressortissants étrangers permettra de dégager des conclusions sur les attitudes face à la notion de "différence". Nous traiterons notamment du genre comme élément de compréhension de la différence culturelle dans un sens plus large. L’analyse des débats publics permet aussi de s’interroger sur le rôle de l’Union européenne en tant qu’acteur politique et sur les enjeux de l’intégration européenne.

3. Enquête individuelle. Recueil d’informations par sondage téléphonique sur les situations, les comportement et les valeurs individuels, en particulier ceux qui portent sur la compréhension des normes démocratiques, des rapports homme-femme et des valeurs de la famille. Par des analyses multivariables, nous dégagerons des éléments pour mieux comprendre la relation entre traditions culturelles et les différents parcours individuels dont témoignent les individus qui participent au sondage.

4. Focus groups transnationaux. Ils permettent d’analyser plus en détails les mécanismes de cause et effet qui lient les politiques d’intégration aux réalités de l’interaction culturelle et religieuse entre différentes populations au sein d’une même société. Les focus groups réuniront des familles dont les membres se sont stabilisés dans différents pays européens, afin de saisir, comme élément d’influence, le rapport entre l’expérience vécue dans la société d’accueil et la culture d’origine. Nous animerons des discussions entre les membres d’une même famille tout en se focalisant sur des enjeux clés qui relèvent des résultats du sondage ainsi que de ceux de l’analyse institutionnelle et de l’analyse de contenu.

5. Les interviews avec des représentants de la communauté musulmane permettent de nous interroger sur le rôle de divers leaders et portes-parole en tant qu’intermédiaires avec la société d’accueil. Nous visons à faire une comparaison entre les leaders de différentes organisations, et entre ceux qui mobilisent sur la base de l’appartenance « musulmane » d’un côté ou de l’activité « homeland-oriented » / appartenances nationales de l’autre. Cette interrogation nous permettra d’analyser l’action des différents représentants publics et leur compréhension des stratégies de l’intégration culturelle.

6. Interviews avec les décideurs politiques directement impliqués dans les demarches du gouvernement par rapport à la politique d’intégration. Ces derniers agiront pour diffuser les résultats du projet ainsi que pour fournir d’importantes informations.