Du 1er au 15 novembre 2011

> Mercredi 2 novembre 2011 – Selon un sondage Ipsos-Logica pour France Télévisions, Radio France et Le Monde, réalisé le lendemain de l’intervention télévisée de Nicolas Sarkozy du 27 octobre, François Hollande serait en tête au premier tour avec 35 % des voix, devant Nicolas Sarkozy (24 %) et Marine Le Pen (19 %). Derrière le trio de tête, Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly obtiendraient 6 % des voix, François Bayrou, 5,5 % et Dominique de Villepin, 2 %.

En déplacement à Washington, Marine Le Pen rencontre le républicain Ron Paul, l’un des huit candidats à l’investiture républicaine pour la présidentielle 2012. « C’était très intéressant », déclare-t-elle à la presse à l’issue de l’entretien. « Nous avons longuement parlé de l’ensemble des propositions qui sont les nôtres et que nous avons en commun, en particulier de l’étalon-or ».

> Jeudi 3 novembre 2011 – Dans un courrier envoyé aux cadres du Parti chrétien démocrate (PCD), Antony Marchand, directeur de campagne de Christine Boutin, lance une alerte : « Comme vous le savez, nous connaissons actuellement d’importantes difficultés financières qui font peser de lourdes menaces sur la campagne de Christine Boutin pour l’élection présidentielle […]. Si nous ne trouvons pas dans les quinze prochains jours 10 000 personnes prêtes à verser au moins 30 euros par mois, de novembre à juin, l’histoire s’arrêtera fin 2011. » Ces difficultés financières viennent s’ajouter à celles que connaît déjà la candidate chrétienne-démocrate pour réunir ses 500 signatures.

> Samedi 5 novembre 2011 – Le souverainiste de gauche Jean-Pierre Chevènement, président d’honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), annonce sa candidature à l’élection présidentielle « pour faire bouger les lignes, c’est-à-dire pour mettre la gauche et la France à la hauteur des défis qui sont devant nous. » Lors de sa dernière candidature, en 2002, l’ancien ministre de François Mitterrand avait recueilli 5,3 % des voix, et Lionel Jospin l’avait tenu pour responsable de sa défaite.

Hervé Morin fait un pas de plus vers l’élection présidentielle. Le président du Nouveau Centre, qui n’est pas encore officiellement candidat e, crée en effet une association de financement électoral.

> Mardi 8 novembre 2011 – À six mois de l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy demande à son gouvernement un second plan de rigueur pour respecter les engagements de réduction des déficits de la France. Le chef de l’État fait le pari inédit que les Français reconnaîtront sa capacité à gérer le pays dans la crise et que ce sera pour lui un atout dans la campagne de 2012.

> Jeudi 10 novembre – Hervé Morin annonce qu’il déclarera officiellement sa candidature à l’élection présidentielle le 27 novembre à 11 heures, devant le pont de Normandie (Paris). Sa candidature divise au sein de son propre parti, le Nouveau Centre (NC), et l’UMP affiche son scepticisme, comme l’avait montré son secrétaire général adjoint, Marc-Philippe Daubresse, qui avait prédit la veille que le candidat du Nouveau Centre n’irait « pas jusqu’au bout ».

> Vendredi 11 novembre 2011 – L’UMP s’immisce dans le débat entre socialistes et écologistes sur la sortie du nucléaire. « Au nom de la France, je demande à François Hollande d’arrêter de négocier avec les Verts sur le nucléaire » déclare Jean-François Copé, s’avouant « très inquiet » du résultat d’un accord du PS avec un parti qu’il juge « proche de l’extrême gauche ». Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, « échanger des circonscriptions contre des fermetures de centrales n’est pas très sain » affirmant que « L’écologie doit être l’affaire de tous et pas la chose d’un parti politique, sans quoi l’écologie sera toujours perdante face aux intérêts politiques ».

> Dimanche 13 novembre 2011 – Invité du Grand Journal de Canal +, Jean-Luc Mélenchon qualifie François Hollande de « capitaine de pédalo ».

> Mardi 15 novembre 2011 – L’Association française des entreprises privées (Afep) envoie aux candidats à l’élection présidentielle ses propositions pour renforcer la compétitivité de la France. Les deux axes majeurs de ces propositions sont la réduction des dépenses et du coût du travail. L’Afep, qui entend proposer « un nouveau pacte économique et social », s’appuie sur trois piliers : l’assainissement des finances publiques par la baisse des dépenses, la réduction du coût du travail via la création d’une TVA sociale et la suppression des 35 heures.

Du 16 au 30 novembre 2011

> Mercredi 16 novembre 2011 – Marine Le Pen annonce son projet de se rendre en Russie en janvier 2012. La présidente du Front national, qui a déclaré qu’elle admirait Vladimir Poutine, avait initialement prévu ce voyage pour novembre 2011.

Jean-François Copé, à la veille de sa participation à l’émission « Des paroles et des actes » sur France 2, ironise sur le fait que Marine Le Pen refuse de débattre avec lui, assurant qu’elle « se dérobe ». « Cela a un avantage, c’est qu’elle ne pourra plus expliquer que je suis arrogant. Je prends bonne note que je suis devenu trop petit pour elle », déclare le secrétaire général de l’UMP.

L’Assemblée nationale vote, en première lecture, par 315 voix contre 198, le projet de budget pour 2012. Le texte, qui combine hausses ciblées d’impôts et coupes dans les dépenses publiques, intègre aussi plusieurs mesures du plan de rigueur demandé par le président Nicolas Sarkozy.

> Samedi 19 novembre – Lors d’un banquet militant réunissant environ mille personnes à Paris, Marine Le Pen expose son projet de candidate à l’élection présidentielle. Son objectif est de « rassembler tous les gens qui veulent renverser la table » et de « créer un réflexe de vote utile en [sa] faveur ». Lors de son discours, elle aborde notamment les thèmes de la réindustrialisation de la France, de la préférence nationale, de l’abandon de l’euro et de la peine de mort pour les meurtriers d’enfants. Inquiète quant à l’obtention de ses 500 parrainages d’élus, la présidente du FN, qui recueille toujours entre 16 et 19 % des voix selon les sondages d’opinion, dévoile également le programme de ses meetings de campagne, dont le premier aura lieu à Metz le 11 décembre.

> Mardi 22 novembre 2011 – Lors de son intervention au congrès de l’Association des maires de France, Marine Le Pen déclare avoir demandé à François Fillon de garantir l’anonymat aux élus qui accordent leur parrainage à un candidat à l’élection présidentielle. La présidente du FN affirme en effet avoir du mal à recueillir les 500 signatures nécessaires. En 2007 déjà, « un tiers des élus » qui avaient accordé à Jean-Marie Le P en une promesse de parrainage « avaient finalement renoncé », ajoute Louis Aliot, vice-président du FN. Marine Le Pen en appelle « aux forces démocratiques », les invitant à soutenir une réforme de la législation. En cas de refus du Premier ministre, elle assure vouloir soulever une question prioritaire de constitutionnalité devant le Conseil d’État.

> Jeudi 24 novembre 2011 – Invité du 20 heures de TF1, François Bayrou se déclare candidat à l’élection présidentielle en répondant par l’affirmative à une question d’un journaliste à propos de ses projets pour 2012. Dans le camp d’Hervé Morin, l’autre candidat centriste, on accuse François Bayrou d’avoir voulu saboter l’annonce officielle de sa propre candidature, prévue pour le dimanche suivant. L’entourage du président du MoDem reçoit ces accusations avec dédain, rappelant que l’annonce officielle de la candidature de François Bayrou doit avoir lieu lors d’une réunion publique entre le 5 et le 8 décembre. Certains en profitent néanmoins pour tacler Hervé Morin, en affirmant que l’annonce de sa candidature est un « non-événement ».

> Vendredi 25 novembre 2011 – La première vague du baromètre OpinionWay-Fiducial pour Le Figaro et LCI isole les deux candidats de tête loin devant leurs concurrents. En effet, François Hollande obtiendrait 30 % des voix au premier tour, devant Nicolas Sarkozy à 26 %. Marine Le Pen paraît distancée, avec 18 % des intentions de vote. Derrière, François Bayrou et Jean-Luc Mélenchon recueilleraient tous deux 7 % des suffrages ; Eva Joly stagne à 5 %, tandis que les autres candidats (Philippe Poutou, Hervé Morin, Christine Boutin..) ne dépassent pas 1 %.

> Lundi 28 novembre 2011 – François Hollande envisage de tendre la main aux centristes. Invité sur RMC et BFMTV, le candidat socialiste à l’élection présidentielle affirme qu’il « n’écartera personne, mais à la condition que les formations politiques ou les dirigeants politiques aient appelé à voter pour [lui] au second tour. […] Si François Bayrou fait un choix – nous verrons lequel – au second tour, eh bien ! il sera dans la majorité présidentielle qui se sera constituée autour du vainqueur du second tour… s’il a appelé à voter pour le bon candidat, sous-entendu celui que je pourrais représenter. »

> Mardi 29 novembre 2011 – La cellule de chiffrage des programmes présidentiels « Débat 2012 » publie le coût des propositions de Marine Le Pen en matière de sécurité et de justice. Le groupe d’experts indépendants estime ce coût entre 7 et 8 milliards d’euros par an.