Du 1er au 15 juillet 2011


> Vendredi 1er juillet 2011 – Harlem Désir est nommé premier secrétaire par intérim du PS, après que Martine Aubry a annoncé son retrait, après son entrée dans la course à l’investiture socialiste. Harlem Désir préside également le comité national d’organisation de la primaire. Il dit vouloir « une primaire exemplaire », qui « permette d’avoir un très beau débat citoyen. »

À New York, Dominique Strauss-Kahn obtient sa libération conditionnelle sur parole, suite à la découverte de zones d’ombre dans la vie de la plaignante, ainsi que de mensonges et d’incohérences dans ses divers récits des faits.

> Samedi 2 juillet 2011Le Figaro annonce que le scandale politico-judiciaire, déclenché le 14 mai, a augmenté les ventes de la presse nationale : + 3,86 % pour Le Figaro, + 5,84 % pour Le Monde, et pas moins de 11,84 % de hausse pour Libération.

> Lundi 4 juillet  2011 – François Hollande et Ségolène Royal se disent prêts à modifier le calendrier de la primaire socialiste pour permettre une éventuelle candidature de Dominique Strauss-Kahn. Mais pour Harlem Désir, premier secrétaire par intérim, « il n’y a pas de raison de revenir sur ce calendrier. » D’après une enquête du Parisien, 49 % des Français et 60 % des sympathisants de gauche souhaiteraient le retour de DSK en politique.

L’Alliance centriste annonce qu’elle a décidé, lors de sa convention du samedi 2 juillet, de refuser d’intégrer la confédération des centres de Jean-Louis Borloo. Jean-François Copé essaye une nouvelle fois de dissuader ce dernier de se porter candidat en 2012 : « à l’UMP, que l’on soit gaulliste, libéral, centriste ou radical, on a sa place pour discuter, et même critiquer. »

> Mardi 5 juillet 2011 – François Loncle, député de l’Eure, et Michèle Sabban, vice-présidente du conseil régional d’Île-de-France, tous deux strauss-kahniens, accusent l’Élysée et le groupe hôtelier Accor de complot contre DSK au micro de France Info. En réaction, l’Élysée dénonce « un écran de fumée ». Le groupe Accor dément fermement des « accusations sans fondement » pouvant « être considérées comme diffamatoires ». Le même jour, l’avocat de l’écrivain Tristane Banon annonce que sa cliente a porté plainte pour tentative de viol contre l’ex-patron du FMI. La nouvelle plaignante affirme notamment que François Hollande « connaissait l’histoire ».

François Hollande reçoit les soutiens du sénateur maire PS de Strasbourg Roland Ries et de Jean-Marc Ayrault, patron du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, pour la primaire d’octobre.

> Mercredi 6 juillet 2011 – Dans l’affaire DSK-Banon, le parquet de Paris affirme que la plainte de la victime présumée est « à l’étude ». Le strauss-kahnien Jérôme Cahuzac, député du Lot-et-Garonne, rejoint le camp de François Hollande pour la primaire.

Après avoir écrit une lettre ouverte aux gendarmes et douaniers, Marine Le Pen demande un entretien à Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, et Michel Mercier, garde des Sceaux, afin de leur faire part de son inquiétude face à « l’inaction totale du gouvernement » contre l’immigration clandestine.

> Jeudi 7 juillet 2011 – Alors que le président du Parti radical de gauche (PRG) Jean-Michel Baylet devient officiellement candidat à l’investiture socialiste, les autres candidats commencent à montrer des désaccords. C’est notamment le cas de Manuel Valls, qui revient sur le projet de création de 300 000 emplois jeunes ainsi que sur le retour à la retraite à soixante ans. « C’est mentir aux Français », dit-il.

> Vendredi 8 juillet 2011 – L’idée d’une primaire opposant Jean-Louis Borloo et Hervé Morin commence à être évoquée au centre.

Dans les colonnes du Figaro, tandis que Laurent Fabius se veut le premier soutien de Martine Aubry, Rachida Dati, maire UMP du VIIe arrondissement de Paris, donne l’assaut contre le programme socialiste : « Le projet socialiste est un programme des années 1980 : aucune ambition pour la France, aucune ambition pour les Français. »

> Samedi 9 juillet 2011 – À gauche, alors que Jean-Pierre Chevènement, président du Mouvement républicain et citoyen (MRC), se déclare « fermement décidé à se présenter » à l’élection présidentielle 2012, Ségolène Royal ironise sur sa position dans les sondages : « Le plus dur pour moi, c’est de gagner la primaire, pas la présidentielle ! »

À droite, Jean-François Copé met Jean-Louis Borloo en garde contre le risque que sa candidature fait courir à toute la droite, considérant que cela pourrait mener « à un 21 avril à l’envers. »

Le parquet de Paris annonce l’ouverture d’une enquête préliminaire dans l’affaire DSK-Banon, au cours de laquelle seront entendus notamment la mère de l’écrivain et François Hollande.

> Lundi 11 juillet 2011 – Martine Aubry accuse la droite d’être à l’origine de rumeurs à son sujet, lui prêtant des tendances alcooliques et présentant son mari comme un musulman intégriste. Elle dit avoir identifié deux sources, proches de l’Élysée, et se dit prête à porter plainte en diffamation. L’UMP s’indigne de ces accusations. Pour Éric Ciotti, député UMP et président du conseil général des Alpes-Maritimes, interrogé par Le Figaro, « le PS ressort la théorie du complot », et Martine Aubry « se lance dans une opération de diversion pour tenter d’enrayer sa chute dans les sondages. »

> Mardi 12 juillet 2011 – Chantal Jouanno, ministre des Sports, accuse Martine Aubry de « victimisation » et d’une « stratégie très étrange, pas très saine pour la politique » à propos des rumeurs à son sujet.

À gauche, le projet d’aéroport de Nantes divise et fait peser une menace sur l’accord entre écologistes et socialistes, ces derniers ayant boudé la journée de mobilisation du 10 juillet contre le projet.

> Mercredi 13 juillet 2011 – Avec 58,16 % des voix, Eva Joly remporte haut la main le second tour de la primaire écologiste face à Nicolas Hulot, et devient la candidate officielle d’Europe Écologie – Les Verts (EE-LV).

D’après la nouvelle vague du baromètre des intentions de vote Ipsos-Logica Business Consulting, François Hollande et Martine Aubry sont ex aequo avec 29 % des intentions de vote, le Président sortant en recueillant 22 %. Quant à Dominique Strauss-Kahn, 61 % des Français ne veulent pas de sa candidature.

Dernier jour pour le dépôt des candidatures à la primaire socialiste. Les six candidats sont Martine Aubry, maire de Lille (Nord), François Hollande, député-maire de Tulle (Corrèze), Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes, Manuel Valls, député-maire d’Évry (Essonne), Arnaud Montebourg, président du conseil général de Saône-et-Loire, et Jean-Michel Baylet, président du Parti radical de gauche (PRG).

> Jeudi 14 juillet 2011 – La candidature de Jean-Louis Borloo à la présidence de la République se fait de plus en plus probable. Le président du Parti radical (PR) et ses proches dévoilent même les sujets essentiels de son programme, qui devrait être révélé définitivement début septembre. « L’éducation sera le sujet majeur », indique-t-il. La fiscalité et la sécurité seront les deux autres thèmes principaux.

Eva Joly annonce officiellement ses trois grands axes de campagne : transformation écologique de l’économie, démondialisation, renouveau démocratique.

Le même jour, la candidate écologiste propose la suppression du défilé militaire de la fête nationale, et son remplacement par un « défilé citoyen ». « J’ai rêvé que nous puissions remplacer ce défilé par un défilé citoyen où nous verrions les enfants des écoles, où nous verrions les étudiants, où nous verrions aussi les seniors défiler dans le bonheur d’être ensemble, de fêter les valeurs qui nous réunissent », a-t-elle déclaré au passage d’une colonne de blindés. «Je pense que le temps est venu de supprimer les défilés militaires du 14 juillet parce que ça correspond à une autre période », a-t-elle ajouté, blâmant « cette France guerrière ».

> Vendredi 15 juillet 2011 – Le  premier ministre François Fillon s’indigne, depuis la Côte d’Ivoire où il est en déplacement, des propos d’Eva Joly sur le défilé du 14 juillet, affirmant que « cette dame n’a pas une culture très ancienne des traditions françaises, des valeurs françaises, de l’histoire française. » À gauche, le PS rejette également unanimement la proposition de la candidate EE-LV.

Jean-François Copé lance une « grande consultation nationale » des adhérents de l’UMP, intitulée « Vous êtes l’UMP ». L’objectif en est de « mettre les militants au cœur de la construction de [leur] projet ». Le secrétaire général de l’UMP souhaite ainsi faire fonctionner le parti « comme n’importe quelle entreprise » qui consulte ses « clients ».

Du 16 au 31 juillet 2011


> Samedi 16 juillet 2011 – Un sondage CSA pour BFM TV-RMC-20 Minutes place pour la première fois Nicolas Sarkozy en tête des intentions de vote avec 27 %, devant François Hollande (26 %) et Martine Aubry (25 %).

C’est au tour de François Fillon d’essuyer les critiques du PS et d’EE-LV pour ses propos contre Eva Joly. Le communiqué du parti de la candidate écologiste dénonce des « insinuations malsaines sur la binationalité d’Eva Joly et sur son prétendu manque de culture française. »

> Dimanche 17 juillet 2011 – Depuis Libreville (Gabon), François Fillon réitère ses critiques à l’encontre d’Eva Joly : « On me dit qu’il y a une polémique en France. [...] Je m’en félicite. Je suis en colère quand j’entends comparer le défilé des forces françaises le 14 Juillet à ce qui se passe en Corée du Nord ! »

> Mardi 19 juillet 2011 – Sur Europe 1, Pierre Moscovici affirme que la candidature de DSK à la primaire socialiste est « improbable, plus qu’improbable ». François Hollande souhaite que le sort de l’ex-patron du FMI soit fixé « le plus rapidement possible ».

> Jeudi 21 juillet 2011 – Harlem Désir annonce que des débats seront organisés entre les candidats à l’investiture socialiste.

« Je considère que maintenant je n’ai plus rien à voir, plus rien à faire dans cette affaire », déclare François Hollande après avoir été entendu dans l’affaire DSK-Banon. Il dénonce en outre une « opération politique » dont il serait victime.

> Vendredi 22 juillet 2011 – Réponse de Jean-François Copé à François Hollande : « Ces allégations sont indignes, infondées et finalement assez pathétiques. »

Jean-Marie Le Pen, Marine Le Pen et Louis Alliot portent plainte pour diffamation et injure contre Caroline Fourest et Fiammetta Venner, co-auteurs d’une biographie de la présidente du FN. Les plaignants réclament 12 000 € de dommages et intérêts.

> Samedi 23 juillet 2011 – Réunis en sommet extraordinaire, les dirigeants européens décident d’un nouveau plan de sauvetage de la Grèce. Le PS s’en dit insatisfait, et Jean-Luc Mélenchon en critique l’austérité.

> Dimanche 24 juillet 2011 – Dans le JDD, Manuel Valls, candidat à l’investiture socialiste, fustige le projet de démondialisation d’Arnaud Montebourg, qui est selon lui « un concept ringard et réactionnaire. »

> Mercredi 27 juillet 2011 – Martine Aubry promet un milliard d’euros et 10 000 emplois publics au monde de la culture en cas de victoire à la présidentielle.

> Jeudi 28 juillet 2011 – Christian Estrosi, député-maire UMP de Nice (Alpes-Maritimes), et Xavier Bertrand, ministre du Travail, annoncent qu’ils tiendront un meeting à Nice le week-end du 11 septembre 2011. Officiellement destiné à contrer Marine Le Pen, les proches des deux hommes parlent volontiers d’un « week-end anti-Copé ».