Search

Research Interests

>>> Advanced Search

Researchers

Explore

Print Decrease text sizeaugmenter_texte

Serge GALAM

Contact(s)

serge.galam@sciencespo.fr
T. 01 45 49 54 34

Serge Galam est physicien, théoricien, spécialiste des systèmes désordonnés, fondateur de la sociophysique, directeur de recherche au CNRS.

Après dix années passées au CREA - Centre de Recherche en Epistémologie Appliquée de l’École Polytechnique, fin 2013 il rejoint le CEVIPOF devenant le premier physicien à Sciences Po.

La sociophysique, nouvelle discipline en pleine expansion au niveau international, reste aujourd’hui en grande partie confinée aux physiciens. Le défi de l’implanter à Sciences Po est donc à la fois scientifique, méthodologique, épistémologique et culturel. S’agissant de découvrir si les comportements sociaux et politiques obéissent à des lois quantifiables et découvrables, l’enjeu est conséquent : les sciences sociales peuvent-elles, du moins en partie, devenir des sciences dures, c’est-à-dire réfutables et capables de prédictions mesurables ? Pour ce faire le CEVIPOF, tant par ses sujets de recherches sur la politique, les votes, l’étude des mouvements d’opinion,  que par sa richesse disciplinaire, est particulièrement approprié à ce défi. C’est le début d’une nouvelle aventure humaine et scientifique.

Research Interests

rumeurs, sociophysique, systèmes désordonnés, controverses, prises de décision, coalitions, terrorisme, dynamique d'opinion, votes

Work in Progress and/or Teaching

Serge Galam travaille actuellement sur le pouvoir naturel de conviction de certaines minorités, le phénomène des rumeurs et des controverses, la dynamique du débat public, les prise de décision en groupes, l’apparition de coalitions entre pays et l’émergence spontanée de conflits, l’effet des supporters passifs dans l’action terroriste, et les dynamiques extrémistes. Il a également commencé à intégrer la dynamique de croyances des intervenants sur les marchés boursiers pour en étudier l’impact sur les tendances haussières et baissières non directement liées à des valeurs fondamentales du marché.

Il étudie en particulier, le rôle de certains comportements individuels comme d’être borné, mentir, obstiné en défendant systématiquement le même point de vue ou de prendre automatiquement la position opposée à celle qui domine dans son entourage proche ou dans tout le groupe. Les premiers sont des inflexibles et les deuxièmes des contrariants. Même en toutes petites proportions, leur effet sur l’équilibre démocratique de la dynamique d’opinion est tout simplement dévastateur. Les premiers résultats sont surprenants, et également dérangeant quant aux représentations actuelles du débat démocratique avec par exemple le paradigme de la démocratie participative.

S’agissant de questions sensibles dont les données scientifiques sont incomplètes comme le réchauffement climatique, les OGM, ou la mortalité anormale des abeilles, ses travaux éclairent de façon inattendue la dynamique de l’opinion publique et des décideurs. En particulier à cause de la difficulté d’accepter le fait que la science est amorale, qu’elle ne se décide ni au consensus, ni à la majorité, ni à l’unanimité. Elle ne se décrète pas, mais se prouve par l’expérimentation ou la confrontation aux données statistiques. C’est un domaine très riche encore loin d’être maîtrisé, car il mêle un grand nombre de composantes à la fois de sciences dures et humaines, tout en étant lié à un choix de société, rendant extrêmement difficile le maintien des frontières épistémologiques essentielles entre les différents aspects de ces questions par ailleurs vitales.

Des prédictions

Prédiction de la victoire du Non au référendum sur la constitution européenne
Il a pu faire la première prédiction vérifiée d’un événement hautement improbable à partir de ses modèles de dynamique d’opinion, la prédiction de la victoire du Non au référendum sur la constitution européenne plusieurs mois avant le vote. Il avait même mis en garde dès 2002 sur les risques de l’utilisation du référendum pour la construction européenne même si les sondages lui étaient toujours très favorables.

Prédiction du scénario Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2002
Il a été a également prévu à partir de ses modèles de votes en 1997 comment le parti d'extrême droite Front National pourrait arriver au pouvoir démocratiquement et par surprise totale. Et c’est ce type de scénario qui s'est effectivement produit en 2000 avec son chef restant au deuxième tour de l’élection présidentielle.

Prédiction des votes à cinquante - cinquante
À partir de son modèle de contrariant, il a prévu dès 2004 que les élections à cinquante-cinquante étaient sur le point de se produire fréquemment dans les démocraties occidentales. Et ce qui a été prévu s'est produit. Les élections à cinquante-cinquante se sont répétées contre toute attente, en 2005 en Allemagne, en 2006 en Italie, en 2006 au Mexique et en Tchéquie. Et également lors d’élections plus restreintes comme au PS en 2008 et à l’UMP en 2012.

Tous ces résultats ne prouvent pas que la sociophysique est une science établie, mais valident le bien-fondé de son approche et justifient la continuation et l’intensification des recherches dans ce domaine très prometteur.

Parcours international, interdisciplinaire et multi-laboratoires

En 1973, Serge Galam obtient une maîtrise de physique en un an à l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC), suivi en 1974 du Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) « Physique Atomique et Statistique » de l’ENS – UPMC. En 1975 il obtient encore en un an, un doctorat de 3ème cycle en physique théorique à l’UPMC sur « L’effet de la polarisation des électrons sur les propriétés thermodynamiques des plasmas ioniques denses ». Il enchaine en 1981 avec un Ph. D., encore en physique théorique, sur « Study of multicritical points in magnetic systems » à la Tel-Aviv University en Israël. Durant son séjour, il y enseigne la physique et les mathématiques.

Il passe alors quatre années à New York, dont deux (1981-83) comme Research Associate au City College du City University of New York (CUNY) et deux (1983-85) comme Assistant Professeur à la New York University (NYU). Recruté comme Chargé de Recherche au CNRS en 1984, il rentre en France en 1985 pour travailler successivement dans plusieurs laboratoires de physique de l’UPMC : Département de Recherches Physiques, Groupe de Physique du Solide, Laboratoire d’Acoustique et d’Optique de la Matière Condensée, Laboratoire des Milieux Désordonnés et Hétérogènes. Il est nommé Directeur de Recherches au CNRS en 1999. En 2004 il rejoint le CREA - Centre de Recherche en Epistémologie Appliquée de l’École Polytechnique qu’il dirige brièvement de fin 2011 à début 2012. Fin 2013 il intègre le CEVIPOF - Centre de Recherches Politiques de Sciences Po.

Publications dans les revues internationales et journaux grand public

Auteur de 237 articles dont 121 articles scientifiques originaux publiés dans les meilleures revues internationales avec comité de lecture selon ISI Web of Science (WS), 3 ouvrages, 30 chapitres d’ouvrages scientifiques, et de nombreux articles grand public sur ses recherches, aussi bien dans des quotidiens comme Le Monde, Libération et France-Soir que dans des revues comme Physics Today, Pour la Science, La Recherche, Science et Vie. En tout 2419 citations avec un facteur-h de 25 d’après le WS et un Research Gate (RG) score à 35.57, au-dessus de 95% des membres mondiaux de RG. Il est rapporteur pour les meilleures revues internationale de physique et a été désigné Outstanding Referee pour l’ensemble des journaux de la American Physical Society (APS) en 2011 et Distinguished EPJ Referee pour le European Physical Journal (EPJ) en 2013.

Conférences internationales

Fréquemment invité dans les congrès internationaux et dans les universités du monde entier, France compris, il y a donné plus de trois cents conférences et séminaires (356). Il a également séjourné dans plusieurs universités à travers le monde, entre autres, au Japon, Brésil, États-Unis, Israël, et Europe.

Principales publications

    GALAM (Serge), Sociophysics: A Physicist's Modeling of Psycho-political Phenomena, New-York, Dordrecht, Heidelberg, Springer, Understanding Complex Systems, 2012, XXIII-439 p.

    GALAM (Serge), “Is it Necessary to Lie to Win a Controversial Public Debate? An Answer from Sociophysics”, Davron Matrasulov and H. Eugene Stanley (eds), Nonlinear Phenomena in Complex Systems: From Nano to Macro Scale, Series: NATO Science for Peace and Security Series C: Environmental Security, Paris, Springer-Verlag, 2014, pp. 37-45.

    VINOGRADOVA (Galina) and GALAM (Serge), “Dissolution of a Global Alliance: War or Peace”, Policy and Complex Systems, 1 (1), Spring 2014, pp. 92-107.

    http://www.ipsonet.org/images/Westphalia_Press/Policy_and_Complex_Systems/Spring_2014/5.%20Galina_Galam_Article.pdf

    DELANOË (Alexandre) and GALAM (Serge), “Modeling a Controversy in the Press: The Case of Abnormal Bee Death”, Physica A: Statistical Mechanics and its Applications, vol. 402, May 2014, pp. 93-103.

    http://dx.doi.org/10.1016/j.physa.2014.01.054

    GALAM (Serge), “Modeling the Forming of Public Opinion: An Approach from Sociophysics”, Global Economics and Management Review, 18 (1), January-April 2013, pp. 2-11.

    http://ac.els-cdn.com/S2340154013700021/1-s2.0-S2340154013700021-main.pdf?_tid=abb48e7a-5818-11e3-8706-00000aab0f01&acdnat=1385635053_5804215dd7d3a1eae08ea19d7e2816d3

    MARTINS (André C. R.) and GALAM (Serge), “Building up of Individual Inflexibility in Opinion Dynamics”, Physical Review E, 87 (4), 042807, April 2013,

    VINOGRADOVA (Galina) and GALAM (Serge), “Rational Instability in the Natural Coalition Forming”, Physica A: Statistical Mechanics and its Applications, 392 (23), December 2013, pp. 6025-6040.

    http://dx.doi.org/10.1016/j.physa.2013.07.065

    GALAM (Serge), “The Drastic Outcomes from Voting Alliances in Three-Party Democratic Voting, 1990-2013”, Journal of Statistical Physics, “Statistical Mechanics and Social Sciences I”, 151 (1-2), April 2013, pp. 46-68.

    http://arxiv.org/abs/1304.6648

    BIONDI (Yuri), GIANNOCCOLO (Pierpaolo) and GALAM (Serge), “Formation of share market prices under heterogeneous beliefs and common knowledge”, Physica A: Statistical Mechanics and its Applications, 391 (22), November 2012, pp. 5532-5545.

    http://dx.doi.org/10.1016/j.physa.2012.06.015

    GALAM (Serge), “Tailor based allocations for multiple authorship: a fractional gh-index”, Scientometrics, 89 (1), October 2011, pp. 365-379.

    BOUZDINE-CHAMEEVA (Tatiana) and GALAM (Serge), “World-of-mouth versus experts and réputation in the individual dynamics of wine purchasing”, Advances in Complex Systems, 14 (6), December 2011, pp. 871-885.

    GALAM (Serge), “Collective Beliefs Versus Individual Inflexibility: The Unavoidable Biases of a Public Debate”, Physica A: Statistical Mechanics and its Applications, 390 (17), September 2011, pp. 3036-3054.

    http://dx.doi.org/10.1016/j.physa.2011.03.021