CEVIPOF - Centre de recherches politiques de Science Po - Unité mixte de recherches Sciences Po / CNRS n°7048


références Et Cartographie - Entretiens

Le vote des Européens 2004-2005. De l’élargissement au référendum français

  • Entretien avec Pascal Perrineau, directeur du CEVIPOF (La Lettre du CEVIPOF, septembre-octobre 2005)

La question européenne est de plus en plus à l’ordre du jour de l’agenda électoral des grandes démocraties européennes. En juin 2004, le Parlement européen a été pour la sixième fois élu au suffrage universel tandis que les référendums sur cette question se multiplient. Un vote européen se fait jour. Le vote des Européens 2004 – 2005. De l’élargissement au référendum français1 - publié sous la direction de Pascal Perrineau, avec les contributions2 de chercheurs du CEVIPOF3 et de ceux d’autres centres de recherches européens - propose une analyse des élections au Parlement européen de juin 2004. Dans le dernier chapitre, Pascal Perrineau propose une première réflexion sur la victoire du « non » lors du référendum français du 29 mai dernier.

Que s’est –il passé, en France mais aussi dans d’autres pays européens, entre juin 2004 et mai 2005 ?
On ne peut répondre vraiment à cette question que pour les Etats ayant choisi le référendum comme mode de consultation pour la ratification du traité constitutionnel européen, comme l’Espagne, la France et les Pays – Bas. Pour les pays ayant opté pour la voie parlementaire, il est plus difficile de l’appréhender. Ces scrutins définissent différents rapports à la construction européenne selon les cas nationaux.

En Espagne, qui a approuvé le traité établissant une constitution pour l’Europe à 77%, la structure référendaire de 2005 est proche de celle des élections européennes de juin 2004. Dans les deux cas, le taux d’abstention est élevé, mais il existe, dans ce pays, à droite comme à gauche, des forces européennes très vives y compris au sein des syndicats (jusqu’aux commissions ouvrières) et l’opinion y est particulièrement europhile. La « foi européenne » reste forte. Les fondamentaux politiques et économiques sont moins mauvais que ceux de la France. Le gouvernement espagnol, en exercice depuis un peu moins d’un an, lors du référendum du 20 février 2005, jouit encore d’une grande popularité. On peut dire que le vote espagnol est resté un vote européen et n’a pas été encombré par des considérations et inquiétudes purement nationales.

En revanche, au cours de cette même période, on assiste, en France, à une irrésistible nationalisation du vote liée à un malaise politique et social profond. L’issue négative du référendum français trouve son fondement dans des éléments franco – français qui n’ont souvent qu’un lointain rapport avec le traité constitutionnel pour l’Europe. On retrouve dans la situation française, les trois tensions présentées dans le modèle de Claes De Vreese. Il a démontré en 2004 que les référendums organisés sur des questions d’intégration européenne ne pouvaient que déboucher sur un vote négatif lorsque trois variables étaient réunies : un gouvernement national impopulaire, un pessimisme économique et social, et un sentiment avéré de craintes vis-à-vis de l’Autre. En mai 2005, le gouvernement Raffarin bat le record d’impopularité d’un gouvernement sous la Ve République ; en mars 2005, le taux de chômage dépasse à nouveau les 10% et les mouvements sociaux agitent le monde salarial public et privé, le pessimisme économique et social est au plus haut, la sinistrose de l’opinion publique est très élevée (en mai, 76% des personnes interrogées considèrent que « les choses vont de plus en plus mal », sondage TNS Sofrès pour Le Figaro) ; par ailleurs, on assiste au développement d’une forte hétérophobie. Par exemple, les Français sont beaucoup plus angoissés par les possibles mobilités professionnelles au sein de l’Union à 25, les figures du « plombier polonais ou de l’ouvrier roumain » sont utilisées à satiété par tous les partisans du « non ». Cette défiance est renforcée par l’omniprésence de la question turque, au début de la campagne, dans les déclarations des leaders politiques, alors que notre pays est le plus opposé à son entrée dans l’Union européenne. Enfin, l’affaire Gaymard et l’ouverture du procès des marchés truqués de la région Ile-de-France n’arrangent rien. Gouvernement et majorité donnent un sentiment d’épuisement qui tend à faire de cette période celle de l’annonce d’une fin de règne. La France n’était donc pas en situation pour que le « oui » l’emporte. Un vent d’europhilie dans l’opinion publique aurait pu infléchir les tendances. Or, depuis quelques années, celle-ci n’est plus à l’avant-garde dans la croyance des vertus de l’Europe. Ainsi, l’Europe devient, en France, la toile de fond du doute, le grand écran de toutes les inquiétudes françaises, le « bouc émissaire » contre lequel l’euroscepticisme et les nationalismes s’expriment.

A- t-on pris le soin d’expliquer aux Français les enjeux de ce scrutin et les apports de ce Traité ?
En aucune sorte. Même si l’Europe n’a pas été absente des débats, ceux-ci ont été extrêmement simplificateurs et vides de contenus. Il s’est agi d’une campagne « opaque », sans beaucoup de souci de pédagogie et d’information des électeurs. Le déficit d’information est flagrant. A l’évidence, seule une minorité d’électeurs pouvait prétendre comprendre ces textes particulièrement complexes. Nous avons assisté chez les partisans du « non » à un combat binaire opposant une « Europe libérale » à une « Europe sociale », rassemblant les extrêmes de la droite et de la gauche, au nom d’un modèle social français défensif opposé à un modèle « anglo-saxon libéral » qui reste encore à définir précisément et peut-être à nuancer selon les pays. Du côté des protagonistes du « oui », nous n’avons pu que déplorer une absence de démarche pédagogique. Aucun d’entre eux ne s’est donné la peine d’expliquer, aux électeurs, suffisamment en amont, ce que pouvait apporter ce traité, en particulier dans le domaine de la Charte des droits fondamentaux, d’éclairer les Français sur le fonctionnement de la gouvernance européenne très différente du gouvernement national et enfin, d’insister sur l’importance des pouvoirs renforcés du Parlement européen. De plus, ni Jacques Chirac, ni Jean-Pierre Raffarin, au creux de la vague, ne pouvaient se poser en leaders du « oui » comme avait pu le faire Mitterrand en 1992. Et l’on a vu que certains arguments de Jacques Chirac (la nécessité de lutter contre l’ultralibéralisme, le modèle anglo – saxon…) pouvaient tout aussi bien servir le « non ». Les interventions les plus fortes ont été celles de Simone Veil, de Jacques Delors et de Valéry Giscard d’Estaing. Mais sans vouloir être offensant, ils représentent quand même la « vieille garde » de la classe politique et qui, de fait, n’est plus aux affaires ! En 2005, ce sont les leaders du « non » qui ont fait l’agenda politique. Nous avons été les spectateurs d’une chronique d’une défaite annoncée !

Vous écrivez «  La construction européenne est aujourd’hui prise en charge par les électeurs eux- mêmes. On ne peut plus parler de déficit démocratique de l’Europe…. Un vote européen se fait jour ». Or, en juin 2004, élection porteuse d’enjeux importants, le taux des abstentions reste élevé dans la plupart des pays et en particulier chez les nouveaux membres de l’Union.
Durant plusieurs décennies, la construction européenne a été l’affaire réservée des élites gouvernementales et parlementaires. Depuis les années 1970, les consultations par référendum et les élections se sont multipliées. En 2004, le Parlement européen est, pour la sixième fois, issu d’une élection au suffrage universel direct. Le Danemark a connu six référendums sur la question européenne, la France trois, l’Irlande six. Les dernières élections au Parlement européen, en juin 2004, ont eu lieu dans vingt - cinq pays européens. Elles ont permis de dresser un portrait des courants politiques qui traversent l’Europe. Cependant, l’abstention massive et le vote sanction contre les gouvernements montrent le difficile accouchement d’une Europe politique et électorale et la prégnance des logiques nationales . Un véritable espace public européen a du mal à se construire. Si les PECO ont peu mobilisé leurs électeurs, c’est qu’ils avaient déjà été consultés peu de temps auparavant et ont considéré qu’ils s’étaient déjà exprimés. D’une façon générale, l’opinion publique ne se rend pas compte du rôle que joue le Parlement européen par manque d’information de la part de leurs représentants. Durant la campagne électorale de 2004, jamais les médias ne se sont aussi peu intéressés à l’Europe, la plupart des politiques n’ont pas trouvé utile de faire le travail pédagogique qui leur revenait, souvent par méconnaissance même du fonctionnement des institutions européennes. On a assisté à des « des campagnes escamotées » comme l’écrit Jacques Gerstlé, sans visibilité médiatique.

Les abstentionnistes seraient-ils le premier parti européen, selon le titre du chapitre rédigé par Anne Muxel ?
En juin 2004, l’abstention a touché 54,5% des électeurs inscrits ( contre 37% en 1979 lors des premières élections au Parlement européen) alors que les enjeux étaient considérables. Mais cette analyse montre qu’il ne s’agit pas d’une forme d’abstentionnisme d’indifférence ou structurel, mais beaucoup plus d’un abstentionnisme de protestation et de sanction des pouvoirs nationaux. On assiste à l’émergence d’un nouveau type de citoyen, moins fidèle au vote partisan, au comportement volatile, sensible aux effets de campagnes et privilégiant d’autres formes de participation politique. Ce phénomène touche toutes les catégories sociales. Il y a de plus en plus d’électeurs indécis. Le non usage du vote européen reflète un rapport plus flou à la décision de voter mais aussi un modèle de participation plus critique alliant vote et non vote dans un rapport complémentaire. L’acte de voter n’est plus considéré comme le premier acte d’expression politique du citoyen, tout particulièrement lors des élections européennes, souvent considérées comme des élections « simultanées nationales de second ordre ». Cependant, de 1992 à 2005, à chaque fois que la question européenne a fait l’objet d’une consultation référendaire, la mobilisation électorale est restée élevée. L’érosion de la participation n’a été que de 0, 36% au cours de cette période. Presque 13 millions de Français ont quand même boudé les urnes. Cela doit modérer le diagnostic de « mobilisation exceptionnelle » qui est posée, la plupart du temps, sur le référendum du 29 mai.

Peut-on faire une cartographie et une typologie du « non » ?
Par rapport à 1992, le « non » progresse de 4% chez les électeurs inscrits et de 5, 72% pour les suffrages exprimés. Cette dynamique est particulièrement forte dans un ensemble de départements qui vont des Ardennes à l’Ariège, ainsi que dans les départements du Pas-de -Calais, de la Seine Maritime, des Côtes-d’Armor, des Landes et des Hautes-Alpes. Cet axe, la « diagonale aride », ainsi qualifiée par la DATAR dans les années 1980, marquée par « un déclin des activités traditionnelles et une érosion démographique… » est l’un des terrains « de tous les refus » sociaux et économiques qui secouent la France depuis plusieurs années (mouvement de décembre 1995, 1 er tour de l’élection présidentielle de 2002). Le « non » du 29 mai 2005 est le dernier écho de ce « grand refus ».Mais on le trouve aussi dans des terres socialistes et vertes à forte composante populaire, particulièrement d’ouvriers à la retraite. Ce sont ces régions qui ont alimenté le fort surplus du non par rapport à 1992. D’une façon générale, ce sont les classes populaires et moyennes, ressentant un sentiment de frustration, de précarité et de déclassement social qui alimentent la dynamique de protestation électorale. On a assisté, depuis la fin des années 1990 à un phénomène, selon l’expression de Jean – Louis Missika, de « politisation négative », une politisation pour en découdre, pour rejeter mais qui n’est pas porteuse de propositions alternatives. C’est un retour à une culture d’opposition radicale, révélatrice d’un malaise national durable. 

Cette victoire du « non » signifie-t-elle que l’on souhaite une « autre Europe » ?
Que va-t-il se passer en Europe? Ce qui est certain, c’est que nous sommes entrés dans une phase de longue attente d’un hypothétique « redémarrage européen ». Nous en restons à l’Europe du traité de Nice, traité qui en son heure avait été fort critiqué. Le « non » français a libéré les tenants d’un retour en arrière : on entend parler d’un retour aux monnaies nationales d’antan par exemple. Si l’on regarde la coalition du « non », elle se caractérise par une hétérogénéité profonde, c’est une majorité par définition « indéfinissable », peu sensible à la culture de gouvernement. L’extrême gauche et le PC ont voté contre ce que l’on appelait auparavant « l’Europe du capital » dénommée aujourd’hui l’Europe « libérale ou néo-libérale ». Le non de droite exprimait le souhait d’une « Europe des nations », voire pour les plus radicaux, comme Le Pen, d’un retour à l’isolat national. Les leaders hétéroclites du « non », sont dans l’incapacité d’accoucher d’un projet alternatif. Comment le Parti socialiste sortira-t-il de cette grave crise qui risque de mettre en cause son unité et l’isole en Europe ? Et que signifie ce recours compulsif au soi - disant « modèle social » français. Pourquoi une Europe à 25 serait-elle tenue de ne prendre en compte que des référents français ? Les Français risquent de découvrir les limites de leur superbe ! Avant la recomposition, le système politique français va explorer les voies de la décomposition.

Propos recueillis par Elisabeth Kosellek

---

1 Presses de Sciences Po, collection « Chroniques électorales », Paris, juin 2005, 320 pages, 29 euros. Contact : Graziella Niang, Presses de Sciences Po, presses@sciences-po.fr 33 (0)1 45 49 83 34

2 « Les campagnes électorales européennes ou l’ « obligation politique relâchée », Jacques Gerstlé, Laure Neumayer et Gabriel Colomé - « Les abstentionnistes. Le premier parti européen », Anne Muxel - « La droite radicale. Divisions et contrastes », Michael Minkenberg et Pascal Perrineau - « Les conservateurs et démocrates - chrétiens. Le centre droit s’affirme », David Hanley  - « Les libéraux : l’élargissement », Derek Hearl - « Les partis autonomistes et régionalistes », Lieven de Winter - « Le vote socialiste : les bénéfices du « vote – sanction » dans une élection de « second ordre », Gérard Grunberg et Gerassimos Moschonas - « La gauche radicale et les Verts. Des contestations hétérogènes », Daniel Boy et Jean Chiche - « Le référendum français du 29 mai 2005 ». « L’irrésistible nationalisation d’un vote européen », Pascal Perrineau. Annexes, Laurent de Boissieu et Jean Chiche.

3 Voir aussi Le référendum de ratification du Traité constitutionnel européen : comprendre le « non » français sous la direction d’Annie Laurent et de Nicolas Sauger (dir.), Les Cahiers du CEVIPOF, n°42, juillet 2005. L’ouvrage est présenté dans la rubrique « Publications » de cette Lettre et Une sanction du gouvernement mais pas de l’Europe : les élections européennes de juin 2004, Bruno Cautrès, Vincent Tiberj, Les Cahiers du CEVIPOF, n°41, mai 2005.

 

impression pageImprimer cette page(.pdf)

  • retour



 


CEVIPOF

98, rue de l’Université — 75007 Paris, France
Email — Tél. : 33 (0)1 45 49 51 05 — Fax : 33(0)1 42 22 07 64