CEVIPOF - Centre de recherches politiques de Science Po - Unité mixte de recherches Sciences Po / CNRS n°7048


éphéméride , chronologie de l'électioN présidentielle

 

nv

 

 

 

 


Semaine du 17 février au 23 février 2007

18.02.07 – Invité de l'émission « Le grand Jury RTL-Le Figaro-LCI », Jean-Marie LE PEN confirme qu'il n'a pas encore ses 500 parrainages. Le candidat du FN a ironisé sur le fait que François BAYROU soit parfois présenté comme le « troisième homme » de l'élection présidentielle, rappelant que ce rôle avait déjà été attribué à Jean-Pierre Chevènement en 2002. Il a nié que le candidat de l'UDF puisse lui disputer le rôle de candidat de « l'antisystème », qu’il considère assumer « depuis très longtemps ». Il a souligné le nombre particulièrement élevé des électeurs potentiels de François BAYROU qui indiquent dans les enquêtes qu’ils sont encore susceptibles de changer de vote, alors que ceux qui disent vouloir choisir le président du Front national se disent sûrs de leur choix.

Interrogé sur la politique qu'il propose pour contenir l'immigration, il a rappelé son intention de supprimer les différentes aides que reçoivent en France les nouveaux entrants. Quant aux travailleurs étrangers qui sont en situation régulière, leurs cotisations seront « majorées » par rapport à celles des Français.

Admettant qu’il y a « trop de fonctionnaires » en France, il a évalué à 20 milliard d’euros le coût des mesures qu’ils propose, et indiqué qu’il n'envisage pas, « dans un premier temps », de réduire le déficit public.

Il a affirmé ne pas savoir pour qui il voterait s’il est éliminé du second tour, tout en signalant que Nicolas SARKOZY lui emprunte parfois certaines thématiques.

19.02.07 – Selon deux sondages publiés aujourd'hui (Ifop pour Fiducial et LCI, et Ipsos pour Le Point), François BAYROU recueillerait 16% des voix au premier tour de l'élection présidentielle, soit une nouvelle hausse de 2 points. Il serait cependant devancé par Nicolas SARKOZY (Ifop : 32%, -1.5 ; Ipsos: 33%,-1) et Ségolène ROYAL (Ifop : 25.5%, -0.5 ; Ipsos: 23%, -4).

Derrière le trio de tête, on trouve dans l'ordre, Jean-Marie LE PEN (Ifop : 11%, Ipsos : 13%) suivi d’Olivier BESANCENOT (4% pour les deux instituts). Viennent ensuite Marie-George BUFFET (Ifop :2%, Ipsos :2,5%), José BOVE (2%), Philippe DE VILLIERS (Ifop : 2,5%, Ipsos :1,5%), Arlette LAGUILLER (Ifop : 2%, Ipsos:1,5%), Dominique VOYNET (Ifop : 1,5%, Ipsos :1%), Corinne LEPAGE (Ifop :1%, Ipsos :0,5%) et Nicolas DUPONT-AIGNAN (0,5%).

Pour le second tour, Ségolène ROYAL perdrait selon les deux instituts face Nicolas SARKOZY : par 47% des voix contre 53% dans le sondage Ifop, par 46% contre 54%.pour Ipsos. Enfin, s’il parvenait au second tour, selon l'enquête Ifop, François BAYROU, gagnerait la course à l'Elysée quel que soit son adversaire : face à Ségolène ROYAL (54% contre 46%), comme contre Nicolas SARKOZY (52% contre 48%).

19.02.07 – A moins d’un mois du 16 mars, date de fin du dépôt des signatures auprès du conseil constitutionnel, Le Figaro publie une liste de personnalités ayant annoncé leur candidature et confrontées au défi d’obtenir les parrainages d’élus en nombre suffisant :

  • Antoine Waechter, 57 ans, président du Mouvement écologique indépendant (MEI), candidat en 1988 (3,78%).
  • Corinne Lepage, 55 ans, présidente de Cap 21 (Citoyenneté Action Participation pour le XXIè siècle), ancienne ministre de l'environnement de 1995 à 1997, candidate en 2002, (1,88%).
  • Frédéric Nihous, 39 ans, directeur de Chasse Pêche Nature Traditions (CPNT).
  • France Gamerre, 64 ans, présidente de Génération Ecologie.
  • Eric Taffoureau-Millet, 43 ans, président de « Attention! Handicap ».
  • Yves-Marie Adeline, 46 ans, président de l'Alliance Royale.
  • Roland Castro, 64 ans, architecte-urbaniste, fondateur du « Mouvement de l'utopie concrète ».
  • Christian Chavrier, 40 ans, président du Parti fédéraliste.
  • Jean-Philippe Allenbach, 58 ans, ancien dirigeant du Parti fédéraliste.
  • Rachid Nekkaz, 34 ans, président du « Club des élus Allez France ».
  • Nicolas Miguet, 45 ans, président du Rassemblement des contribuables français.
  • Leila Bouachera , 45 ans, chargée de mission au CSA.
  • Jean-Marc Governatori, 47 ans, président du mouvement « La France en action ».
  • Soheib Bencheikh, 45 ans, ancien grand mufti de Marseille.
  • Yvan Bachaud, 67 ans, retraité, défenseur du référendum d'initiative citoyenne.
  • Michel Martucci, 75 ans, président de la Confédération nationale des syndicats CID (artisans, commerçants).
  • Romdane Ferdjani, 59 ans, adjudant-chef à la retraite.
  • Robert Baud, 57 ans, pour une « majorité des minorités en souffrance morale et sociale ».
  • Alain Mourguy, 58 ans, président de l'union droite-gauche.
  • Jean-Christophe Parisot, 39 ans, président du Collectif des démocrates handicapés.
  • Michel Baillif, 62 ans, président de la Fédération nationale de l'invalidité.
  • Lucien Sorreda, 64 ans, candidat pour que « les revenus du bas tirent vers le haut ».
  • Yves Aubry, 38 ans, « permettre aux Rmistes, aux pauvres de vivre décemment ».
  • Edouard Fillias, 27 ans, président d'Alternative libérale.
  • Jean-Paul Le Guen, 63 ans, « apolitique ».
  • Gérard Schivardi, 56 ans, maire de Mailhac (Aude) et conseiller général, soutenu par le Parti des travailleurs.
  • Pierre Larrouturou, 41 ans, socialiste en marge du parti.
  • Jacques Borie, 41 ans, candidat de France Equité.
  • Franck Abed, 25 ans, candidat de « Réconciliation nationale ».
  • Gabriel Enkiri, 75 ans.
  • Hervé Mathiasin, 38 ans, ingénieur conseil en énergies, candidat du Centre humain ouvert à tous (CHOAT).
  • Cindy Lee, candidate du Parti du plaisir.

Figure également sur cette liste Jean-Michel Jardry, 56 ans, vice-président du Centre national des indépendants et paysans (CNI). Toutefois, à l'issue de son conseil national tenu le 17 février, cette formation, associée à l'UMP, a annoncé qu’elle retirait cette candidature, et indiqué qu’elle décidait d'apporter « un soutien de raison sans ralliement enthousiaste » à Nicolas Sarkozy, évoquant « quelques points de divergence ».

19.02.07 – Pendant plus de deux heures, Ségolène ROYAL, candidate socialiste à l'élection présidentielle, répond au panel de 100 Français réunis sur le plateau de TF1 pour l'émission « J'ai une question à vous poser ». L’audience est massive : 8,9 millions de téléspectateurs suivent la prestation de Mme ROYAL, selon les chiffres de Médiamétrie cités par la chaîne. Avec 8,2 millions, Nicolas SARKOZY détenait jusqu'alors le record de l'émission.

Mme ROYAL est revenue sur son « pacte présidentiel » énoncé à Villepinte, et qu'elle a cité à huit reprises. « Je pense être prête, je suis la seule à pouvoir incarner et réaliser ce dont la France a besoin », a-t-elle assuré. La candidate socialiste a cherché à donner le sentiment d’une grande proximité vis à vis des Français, témoignant de sa compassion envers un homme handicapé en posant la main sur son bras, ou bien à l’égard du père d'une enfant sourde. Encourageant et remerciant chaque personne qui pose une question, quelle qu'elle soit, ne polémiquant pas, même avec l'adversaire de droite ou d'extrême droite, elle n’a guère fait de concession toutefois, en affirmant par exemple : « Non madame, l'apprentissage à 14 ans n'est pas une bonne chose... » - mettant alors en avant sa propre expérience de mère.

Ségolène ROYAL s’est posée en conciliatrice entre les Français, affirmant « Il faut les laisser tranquilles, les chasseurs... », proposant de « réconcilier les Français avec les entreprises » - encourageant des PME « innovantes », mais stigmatisant également une société comme Aubade, qui a procédé à des « licenciements de confort » et « la grande distribution qui paie mal ses caissières ».

Favorable à un « État modeste », la candidate a promis qu'il n'y aurait plus « de ministre nourri, blanchi, avec femmes et enfants » dans les ministères. Elle s'est ouvertement interrogée sur la révision, en fonction des besoins, des horaires d'ouverture des services publics « au moment où on en a le plus besoin », a promis un « service public de la petite enfance gratuit » pour l'accueil de tous les moins de 3 ans, le doublement de l'allocation de rentrée scolaire, « une nouvelle génération de dispensaires » pour un meilleur accès aux soins,  la remise à niveau en personnel des hôpitaux publics qui manquent de bras. Elle s’est insurgée contre la fermeture des hôpitaux ruraux et a réclamé «  la santé gratuite pour les jeunes ». D’un point de vue général, elle s’est déclarée favorable à l'acquisition de nouveaux droits mais « pas pour une société de l'assistanat ». Elle est cependant restée floue sur le financement de ces mesures

Sur la forme, elle a utilisé beaucoup la première personne, a parlé de son expérience -« Moi qui suis partie de rien... »- et a rattaché au machisme les critiques dont elle fait l’objet. « N'importe quel homme qui a mon parcours ne verrait pas ses compétences ainsi remises en cause. »

Sur bien des sujets, Mme ROYAL a redit ses convictions, en particulier sur la sécurité, où elle a appelé à une sanction « proportionnée » au « premier acte de délinquance » et évoqué toutes les solutions alternatives à la prison dont « l'encadrement militaire ». Des chapitres sont laissés ouverts : aucune précision quant à une éventuelle réforme des retraites, ni même sur l'assurance-maladie. Sur ce dernier point, la candidate s'est contentée d'annoncer la tenue d'Etats généraux de la santé - les troisièmes qu'elle annonce après les Etats généraux de l'agriculture, puis ceux de l'éducation.

19.02.07 – Dans une lettre ouverte, deux porte-parole de José BOVE, France Coumian et Yannis Youlountas, demandent à Ségolène ROYAL « d'intervenir » pour « lever l'embargo électoral » dont est victime, disent-ils, José BOVE. Le leader paysan n’aurait pour le moment recueilli que 230 parrainages. « Des consignes ont été données publiquement par le PS à ses élus pour qu'ils ne donnent leur soutien à aucun autre candidat » ont-ils rappelé. Mais ils mettent également en cause « l'argument du chantage aux subventions » émanant de « collectivités territoriales » socialistes à l'égard d'élus « non encartés ».

19.02.07 – A l’occasion d’une conférence de presse, Jean-Marie LE PEN lance un « appel solennel aux élus, sénateurs, députés, conseillers régionaux, conseillers généraux et maires », afin qu'ils lui donnent « dans les meilleurs délais les parrainages qui [lui] manquent ». Pour l’heure, le président du Front national affirme avoir entre « 460 et 500 » promesses de signature. Il a rappelé qu'il n'est pas « un candidat fantaisiste », ayant obtenu 14 % des voix en 1988, 15 % en 1995 et 17 % en 2002. Il a dénoncé une nouvelle fois le fait que les noms des parrains des candidats - plus exactement les noms de 500 d'entre eux tirés au sort par candidat - soient rendus publics.

20.02.07 – Sur RTL, Dominique de Villepin exclut de faire partie du gouvernement de Nicolas SARKOZY en cas de victoire du candidat UMP à la présidentielle. Il imagine plutôt « s'engager au service de la paix, de la justice ou de la culture ».

20.02.07 – Première séance au QG de campagne de Nicolas SARKOZY du groupe de travail placé sous la responsabilité conjointe de Brice Hortefeux, secrétaire général délégué de l'UMP, et de François Fillon, coordinateur de la campagne de l’ancien maire de Neuilly. Le candidat modifie ainsi l'organisation de sa campagne en fusionnant les réunions des parlementaires chargés de le relayer dans les médias qui se tenaient l’une Place Beauvau, sous la responsabilité du ministre délégué aux Collectivités Territoriales, et l’autre rue d'Enghien, sous celle de l’ancien ministre des Affaires sociales. Dans l'entourage du candidat, on explique que cette nouvelle architecture n'est pas un désaveu pour M. Hortefeux, mais une « clarification » qui anticipe et prépare le départ de M. SARKOZY du Ministère de l’Intérieur.

20.02.07 – À Nice, devant cinq cent cinquante sympathisants, Philippe de VILLIERS, malgré le faible score dont le créditent les sondages, réaffirme qu'il ira « jusqu'au bout » de la course à l'Élysée. « L'UMP n'a pas tenu ses engagements de campagne de 2002 », a d'abord lancé Jérôme Rivière, député UMP et président du comité de soutien local au président du Mouvement pour la France pour expliquer son ralliement à l'élu vendéen. « Europe, immigration, sécurité, 35 heures : la liste des reniements de Nicolas Sarkozy est longue », a lancé le député des Alpes-Maritimes.

Le président du Mouvement pour la France, auquel il « ne manque que cinquante signatures de maires », a ensuite comparé Nicolas SARKOZY et Ségolène ROYAL à « des distributeurs automatiques de crédits publics ». Selon Philippe de VILLIERS, « les campagnes de ces deux candidats ne visent qu'à séduire des consommateurs. Je m'adresse, moi, à des citoyens. »

20.02.07 – Dans un Palais des congrès de Dijon comble, François BAYROU présente son « contrat de confiance entre la société et l'école ». Il redit sa considération à l'égard du monde de l'éducation : « Je suis désespéré quand je vois comment on fait des enseignants les boucs émissaires de tous les problèmes de la société », a affirmé le président de l'UDF. Il a défendu sa vision de l' « école de la République », l'école de la « transmission des valeurs communes qui nous rassemblent ». Réaffirmant vouloir faire de l'éducation la « priorité absolue », il s'est engagé à une « garantie des moyens pendant cinq ans ».

Le « premier défi » qu'il entend relever, c'est que chacun des élèves entrant en 6e sache lire et écrire. Dénonçant au passage « la vanité de prétendre introduire des méthodes de lecture par décret », il plaide pour que les élèves en difficulté puissent bénéficier de classes particulières, « avec des maîtres spécialement formés ». Pour le collège, le candidat s'est fixé la sécurité comme objectif : « Je veux la discipline scolaire, avec les moyens de l'école, pas avec des policiers. A l'école, ce n'est pas des rapports de forces qu'il faut, ce sont des rapports de respect ». Pour y parvenir, « il faut être capable d'offrir un autre type de scolarité à ceux qui déstabilisent le collège ». Il se prononce pour la création d' « établissements d'éducation, collèges hors murs ou internats, encadrés non seulement par des enseignants, mais par des éducateurs ».

« Certains veulent casser la carte scolaire : c'est une faute républicaine », a poursuivi M. BAYROU. Le candidat a développé l'idée qu'il se fait d'un « service public de l'école », abordant les questions de l'ouverture des établissements hors période scolaire, de la création d'un corps d'auxiliaires pour l'accompagnement des élèves handicapés, du développement de l'enseignement artistique et de la carrière des enseignants.

20.02.07 – Devant plus de 10 000 supporteurs rassemblés dans deux salles du Parc des expositions de Rennes, Ségolène ROYAL aborde le financement des projets PS et UMP. Elle met en cause les engagements contradictoires du candidat de l'UMP. De son côté, elle conçoit son pacte présidentiel comme « un investissement pour l'avenir qui rapportera ensuite ». Selon l'évaluation qui devait être présentée mercredi par les députés Michel Sapin et Didier Migaud, le coût de son « pacte présidentiel » s'élève à 50 milliards d'euros d'ici à 2012, auxquels le PS retranche 15 milliards d'économies pour parvenir aux 35 milliards avancés jusqu'ici. L'endettement serait ramené de 65 % à 60 % du produit intérieur brut (PIB) à cette date, ce qui signifie une réduction de 1 % du déficit sur la législature. Les socialistes tablent sur une croissance de 2,5 % à partir de 2008 et s'engagent à une stabilité des prélèvements obligatoires, « ce qui n'empêche pas, précisent MM. Sapin et Migaud, des mouvements pour une meilleure justice fiscale ».

Les cinq plus gros postes de dépenses concernent la recherche (5,3 milliards d'euros d'ici à 2012), l'université (5 milliards), la création de 500 000 emplois-tremplins (4,5 milliards), la justice et la lutte contre les discriminations (4,5 milliards) et l'éducation nationale (3,4 milliards, avec le soutien scolaire et la réduction à 17 des élèves dans les classes en ZEP). La création du revenu de solidarité active proposé par le président d'Emmaüs, Martin Hirsch, est estimée à 3 milliards d'euros et la revalorisation de 5 % des petites retraites à 2 milliards.

En contrepartie, l'enveloppe globale des aides aux entreprises, 65 milliards d'euros actuellement, devrait diminuer de 5 milliards, grâce à leur modulation selon des critères tels que la taille, l'emploi ou les investissements. D'autres économies sont prévues sur la formation professionnelle, après transfert de compétences aux régions.

Mme ROYAL a accusé François BAYROU de ne pas avoir de projet du tout et d'entretenir une « confusion molle » : « Est-ce que, par le passé, ceux qui se disent ni de droite ni de gauche n'ont-ils pas toujours fini par tomber du même côté ? », a-t-elle demandé.

21.02.07 – Dans un entretien au Parisien, Nicolas SARKOZY promet une réforme des régimes spéciaux de retraite et détaille le calendrier de son action s'il est élu président. Parmi les premières mesures contenues dans son « paquet social », le candidat réaffirme que la loi sur le service minimum « sera votée dès l'été », de même que l'organisation d'un vote à bulletins secrets au bout de huit jours de grève dans « les entreprises et les universités ». Pour les autres mesures telles que la liberté de candidature au premier tour des élections professionnelles, le contrat de travail unique et l'égalité des salaires hommes-femmes, M. SARKOZY prévoit qu'« il faudra négocier ».

L'autre précision de calendrier concerne le « paquet fiscal ». Le collectif budgétaire de juillet devra intégrer la décharge sociale et fiscale des heures supplémentaires et leur paiement uniforme, quelle que soit la taille de l'entreprise, la déduction des intérêts de l'emprunt contracté pour l'achat de sa résidence, la suppression des droits de succession et de donation « pour la totalité des classes moyennes et une partie des classes supérieures », et enfin, la possibilité pour les assujettis à l'ISF d'investir jusqu'à 50 000 euros de leur impôt dans une PME.

M. SARKOZY se fixe pour objectif de ne remplacer que la moitié des 450 000 fonctionnaires qui, d'ici à 2012, partiront à la retraite. A cette date, explique-t-il, en ciblant le secteur des douanes, des impôts, de la formation professionnelle et de l'action sociale, « on aura retrouvé le même nombre de fonctionnaires qu'en 1992 ».

Interrogé sur l'intervention de Ségolène ROYAL sur TF1, M. SARKOZY déclare : « La compassion n'est pas une politique, et l'imprécision n'est pas une stratégie. (...) Comprendre la souffrance des Français, c'est nécessaire, mais ils ne nous demandent pas seulement de les comprendre : ils demandent de tirer les conséquences de leurs souffrances. »

Le même jour, sur RTL, le candidat n'a pas caché son agacement quant à la montée de M. BAYROU dans les sondages et l'intention du candidat UDF de le battre : « Quel projet ! s'est exclamé M. SARKOZY, quand on sait que la totalité des élus de l'UDF sont élus avec des voix de la droite et du centre ».

21.02.07 – José BOVE organise à la Bourse du travail de Saint-Denis sa première réunion publique importante en Ile-de-France. C'est également dans cette municipalité communiste qu'il a lancé sa campagne le 1er février, puis à Aubagne (Bouches-du-Rhône), autre fief du PCF, qu'il a tenu son premier meeting Cette sensibilité est d’ailleurs très présente dans son équipe de campagne. Jacques Perreux, vice-président (PCF) du conseil général du Val-de-Marne la dirige, et une figure des refondateurs, le député de Seine-Saint-Denis Patrick Braouzec, est l’un de ses principaux porte-parole. D'autres élus franciliens communistes les ont rejoint comme le conseiller régional Jean Brafman et le député de Seine-Saint-Denis François Asensi - décidant donc de ne pas faire la campagne de Marie-George BUFFET. Le sénateur des Bouches-du-Rhône Robert Bret et le vice-président du conseil général du Gard, Christophe Cavard ont fait le même choix.

Même si Mme BUFFET affirme qu'aucune sanction ne sera prise contre les dissidents, Olivier Dartigolles, un de ses proches, prévient : « Je ne vois pas les communistes renouveler leur confiance à des personnalités qui ne sont pas présentes à la présidentielle. »

21.02.07 – Dans le journal La Croix, à une question portant sur « l'initiative commune prise par les responsables des grandes religions - islam compris - de dénoncer les attentats de New York de 2001 », Jean-Marie LE PEN répond « C'est une excellente chose. Mais elle fait partie de ces pétitions de principe qui ont une influence éphémère. Sur le moment, l'événement du 11-Septembre, pour ne pas dire l'incident, a conduit un certain nombre de gens à prendre leurs distances pour ne pas tomber sous le coup des accusations qui étaient alors lancées. »

Les journalistes de La Croix s'étonnant de l'utilisation du mot « incident » pour parler de l'attentat qui fit près de 3 000 morts, Jean-Marie LE PEN déclare : « 3 000 morts, c'est ce qu'il y a en un mois en Irak, c'est beaucoup moins que les bombardements de Marseille ou de Dresde à la fin de la seconde guerre mondiale, qui étaient aussi des actes terroristes car ils visaient expressément des populations civiles pour faire capituler des militaires. »

Adversaire de la politique américaine dans le Golfe, opposant de l'intervention en Irak, Jean-Marie LE PEN a toujours minimisé les attentats. Rappelant qu'il a « toujours condamné sans équivoque la pratique du terrorisme, de tous les terrorismes », le président du FN avait ainsi estimé, le 21 septembre 2001, que les attentats du 11-Septembre étaient « directement liés » à la politique américaine.

21.02.07 – Devant un public estimé par l'UMP à 7 000 personnes, à Strasbourg, Nicolas SARKOZY réaffirme son objectif de remplacer la Constitution rejetée par les Français en 2005 par un « traité simplifié, de nature institutionnelle », qui, a-t-il dit, « sera soumis dès l'été 2007 pour ratification au Parlement ». Il préconise donc une autre voie pour sortir de l’impasse que celle choisie par ses rivaux, Ségolène ROYAL et François BAYROU, qui évoquent la possibilité d'un nouveau référendum pour faire adopter un traité modifié.

Tout au long de son discours, M. SARKOZY a balancé entre son amour revendiqué de l'Europe, avec un éloge de ses Pères fondateurs, et les vifs reproches qu'il lui adresse – jusqu’à exprimer sa compréhension pour les électeurs du « non ».

Au nombre des griefs, le candidat de l'UMP reproche à l'Europe de « tenir le peuple à l'écart », de s'être « dépolitisée », d'avoir préféré l'élargissement à l'approfondissement, de négliger « la protection de nos intérêts » face au dumping fiscal et social et de limiter sa politique monétaire au contrôle de l'inflation. Pourtant, l'Europe peut jouer le rôle précieux de rempart contre la mondialisation : elle « est aujourd'hui la seule force capable de contrebalancer toute tentation hégémonique dans le monde. La seule capable de s'opposer à la toute- puissance du marché. La seule en mesure de porter un projet de civilisation. »

21.02.07 – A Caen, Mme ROYAL indique que, si elle est élue, elle décidera un moratoire sur le programme EPR, le réacteur nucléaire dit de troisième génération. Elle juge que la décision de construire l'EPR a été prise en 2004 « sans véritable débat » et qu'il faut « replacer l'EPR dans le contexte global d'une politique énergétique et du développement des énergies renouvelables », examiner ses inconvénients et ses avantages (énergie sans CO2, exportations,…), ses effets sur l'emploi, mais aussi ceux d'un développement plus volontariste des énergies renouvelables (éolien, solaire...).

21.02.07 – Eric Besson qui a démissionné de la direction du parti indique dans un texte à publier sur Internet sa décision de quitter le PS, de renoncer à se présenter aux prochaines élections législatives, et de « se tourner à nouveau vers le secteur privé ».

Pour expliquer son départ de la semaine dernière, M. Besson indique qu’il « n'adhère pas » à la campagne de Mme ROYAL ; il énumère les raisons de ses « ratés » : « déconnexion entre le siège de la campagne [le PS] et le «QG» [de la candidate], rôle excessif et souvent nocif » de certains conseillers dont il conteste la légitimité et le savoir-faire, « absence de lieu d'arbitrage et de mise en cohérence des thèmes, discours et propositions de la campagne », « faible utilisation des experts proches du Parti socialiste ». Du pont de vue de la méthode, il déplore en particulier l’absence de transparence et de caractère contradictoire dans les débats préalables aux décisions. M. Besson évoque notamment « les hésitations et les revirements permanents d'une stratégie de réplique sur le chiffrage ».

21.02.07 – François Hollande met en cause le coût des propositions de Nicolas SARKOZY en soulignant qu'en un mois les engagements de baisse des prélèvements obligatoires de M. SARKOZY étaient passés de 68 milliards d'euros à 15 milliards d'euros sur cinq ans. Le premier secrétaire du PS s’est déclaré toujours partisan d’un audit des finances publiques.

21.02.07 – Invité de « Questions d'info LCP- Le Monde-France Info », José BOVE appelle les « quatre grands partis représentés à l'Assemblée » à lever l' « embargo électoral » sur les parrainages d'élus afin qu'il puisse se présenter à la présidentielle. M. BOVE a mis en garde la candidate du PS qui aura besoin de voix de la gauche antilibérale pour espérer atteindre la majorité au second tour. « Si le 16 mars au soir nous n'avons pas réuni les 500 parrainages, a-t-il ajouté, je crains que beaucoup de gens prêts à se mobiliser aujourd'hui n'acceptent pas cette situation et ne participent pas à ce simulacre d'élection. »

21.02.07 – Daniel Cohn-Bendit, député Vert au Parlement européen, suggère sur France Inter, un « partenariat présidentiel », avec « un pôle écologiste » autour de Dominique VOYNET et Nicolas Hulot, « Ségolène ROYAL comme pôle central » et « l'UDF de François BAYROU ».

22.02.07 – Ségolène ROYAL annonce la nouvelle équipe, de treize personnes, chargée de promouvoir son « pacte présidentiel » dans le cadre d’une réorganisation qu’elle a décrite le 18 février comme mettant fin à « l'autogestion » et instaurant une « hiérarchie » dans la conduite de la campagne. Outre Lionel Jospin, elle comprend ses anciens rivaux Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius, mais aussi Pierre Mauroy, Martine Aubry, Bernard Kouchner, Henri Emmanuelli, Yvette Roudy, le premier secrétaire, François Hollande, les présidents des groupes parlementaires Jean-Marc Ayrault et Jean-Pierre Bel, et deux « grands » maires, Bertrand Delanoë et Gérard Collomb. Intervenue après le rebond qui a suivi l'audience de son intervention, sur TF1, le 19 février, cette annonce estompe le départ de l'ancien secrétaire national à l'économie, Eric Besson.

A côté de l'équipe du « pacte », les chefs de parti alliés, Jean-Pierre Chevènement, pour le MRC, et Jean-Michel Baylet, pour les radicaux de gauche, font partie, avec M. Hollande, d'une « coordination des forces politiques ». La réorganisation touche également les lieutenants, rassemblés dans un « pôle expression publique » : Jack Lang et Julien Dray deviennent conseillers spéciaux. Vincent Peillon et Najat Belkacem, - une jeune conseillère régionale dans le Rhône élue en 2004 et proche du maire de Lyon, M. Collomb -, rejoignent Arnaud Montebourg comme porte-parole. Le strauss-kahnien Jean-Marie Le Guen et la jospiniste Annick Lepetit sont chargés des argumentaires. Et la communication sera désormais pilotée par des politiques : le fabiusien Claude Bartolone, et Delphine Batho, proche de Julien Dray, candidate aux législatives dans la circonscription de Mme ROYAL, s'occuperont de la presse nationale ; Gilles Savary et Jean Guérard de la presse régionale ; Elisabeth Guigou et Manuel Valls de la presse internationale. Les deux directeurs de campagne, François Rebsamen et Jean-Louis Bianco, critiqués ces dernières semaines, sont confirmés.

22.02.07 – A Marseille, devant 3 500 personnes venues de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marie-George BUFFET demande le rassemblement d'une « gauche de combat » pour faire barrage à la « droite toujours plus revancharde » de Nicolas SARKOZY et de François BAYROU.

Pour son deuxième grand meeting de campagne, la candidate est entourée de Fabio Amato, représentant de Rifondazione comunista, et d'Oskar Lafontaine, de la Gauche allemande. Prenant la parole pendant près d'une heure devant un public plutôt âgé, Mme BUFFET a proposé une longue série de « mesures concrètes qui seront présentées, dès la prise de fonction d'un gouvernement de gauche, lors de la session parlementaire extraordinaire de juillet 2007 », parmi lesquelles le smic porté immédiatement à 1 500 euros, l'augmentation de 300 euros de tous les minima sociaux, l'abrogation des lois Sarkozy et Chevènement sur l'immigration, un moratoire sur l'expulsion des locataires .

Localement, des pétitions circulent pour exiger la démission des élus communistes qui soutiennent José BOVE, comme le sénateur des Bouches-du-Rhône, Robert Bret, ou le maire d'Aubagne, Daniel Fontaine, absents jeudi soir.

23.02.07 – Entouré de Jean Peyrelevade, ancien président du Crédit lyonnais, Christian Saint-Etienne, professeur à l'université Paris-Dauphine et membre du Conseil d'analyse économique, Jean-Claude Casanova, économiste et directeur de la revue Commentaire, ainsi que de Charles-Amédée de Courson, secrétaire de la commission des finances de l'Assemblée nationale et Jean Arthuis, président de la commission des finances du Sénat, M. BAYROU présente son projet économique et social, qu’il baptise la « social-économie ». Il entend en effet marier le progrès social et la liberté d'entreprendre.

Le président de l'UDF met au coeur de ses priorités la lutte contre la dette - « financière, générationnelle et écologique ». Dans cette situation, il estime que « le Parti socialiste se trompe quand il déclare qu'il faudra augmenter les impôts » et juge « irresponsables les déclarations de l'UMP qui promettent de baisser de 4 points, soit 72 milliards d'euros, les prélèvements obligatoires ».

Ses principales propositions portent sur le nettoyage des « quelque 40 milliards d'euros que représentent les 300 niches fiscales », estimant qu'elles sont « autant d'atteintes au principe de la progressivité de l'impôt ». Il suggère que l'avantage fiscal né du cumul des niches soit plafonné « à un montant fixé en pourcentage du revenu de chaque contribuable, avec un plafond de 8 000 euros ».

M. BAYROU considère par ailleurs que l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) « tel qu'il est conçu a fait beaucoup de dégâts ». Sur ce point, il critique sévèrement la proposition de Nicolas SARKOZY de fixer un « bouclier fiscal », incluant la CSG et la CRDS, à 50 % du revenu, ce qui reviendrait à limiter le montant maximal de l'imposition à l'actuel taux marginal de l'impôt sur le revenu : « Le bouclier Sarkozy est un filet qui laisse échapper les gros poissons mais attrape les petits », dénonce M. BAYROU. Il se dit partisan d' « une imposition sur le patrimoine à base large mais à taux léger ». « Un prélèvement de 1 pour 1 000 sur les patrimoines supérieurs à 750 000 euros rapporterait à peu près l'équivalent de l'ISF aujourd'hui », assure-t-il. En ce qui concerne les droits de succession, il est favorable à leur exonération complète jusqu'à 200 000 euros.

Le candidat est convaincu de la nécessité d'une nouvelle réforme des retraites. Il s'engage à ouvrir un débat national sur ce sujet afin d'aboutir à la rédaction d'un projet de loi qui sera soumis à un référendum. Il défend le principe d'une « égalité devant la retraite, par la prise en compte de la pénibilité du travail dans le calcul des trimestres cotisés ». Il vise à supprimer les régimes spéciaux et à instaurer un système de retraite par points. M. BAYROU se fixe un objectif de revalorisation du minimum vieillesse et des petites retraites à 90 % du smic à la fin du quinquennat, ce qui représenterait un coût de 3,3 milliards d'euros.

M. BAYROU, signataire du Pacte écologique de Nicolas Hulot, se prononce pour une « régulation du prix des énergies fossiles ». Partisan d'une fiscalité écologique, il propose « une taxe carbone établie de façon progressive sur dix à quinze ans ».

Il a également détaillé un certain nombre de propositions en faveur de l'emploi des jeunes. « Il faut associer premier contrat de travail et formation professionnelle, accepter que la collectivité prenne en charge la part du salaire consacrée à la formation du jeune débutant », estime M. BAYROU. Il se prononce pour la création d'un service civique universel de six mois, qui sera pris en compte dans la validation des acquis. « Le contrat de travail normal doit être le CDI », affirme-t-il. Refusant de « prendre le CNE comme modèle, comme l'a proposé Nicolas SARKOZY », il ajoute que « notre mission n'est pas de répandre la précarité, ni pour le salarié, ni pour l'entreprise ».

23.02.07 – Dans le quartier de Mailloles à Perpignan, ville où, en juin 2005, se sont déroulées des violences entre communautés gitane et maghrébine, Nicolas SARKOZY rencontre des jeunes des cités. Organisée par deux associations de ce quartier en difficulté, cette réunion ne devait initialement recevoir que Rachida Dati, porte-parole du candidat et tête de pont de M. SARKOZY dans les banlieues. Sans doute assuré que l'accueil lui serait favorable, le candidat a finalement décidé le jour même d’y aller en personne. M. SARKOZY y a fait l'éloge de la « discrimination positive », et a promis, s'il est élu, d’instaurer la diversité « à la tête des cabinets ministériels et des administrations ». Il a réaffirmé son projet d'un « plan national de formation qualifiante pour chaque jeune en difficulté ».

nv

 

 

 

 

 

 


CEVIPOF

98, rue de l’Université — 75007 Paris, France
Email — Tél. : 33 (0)1 45 49 51 05 — Fax : 33(0)1 42 22 07 64